Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour: la fierté d’une ville

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour: la fierté d’une ville
Le Centre de la biodiversité du Québec à Bécancour. (Photo : Marie-Eve Veillette)

CHRONIQUE. Voyager dans les fonds marins; rencontrer une foule d’animaux issus de la faune québécoise; reculer très, très loin dans le temps, à l’époque de la préhistoire; voilà autant d’expériences à vivre tout près de chez nous, au Centre de la Biodiversité du Québec, à Bécancour.

C’est l’énergique Carole Bellerose, directrice générale de l’établissement, qui m’entraîne d’une salle à l’autre, alors que l’effervescence est palpable partout autour. C’est qu’au moment de ma visite, le Centre vient d’inaugurer son troisième agrandissement, fruit d’un investissement de 650 000$.

«Ça a enlevé plein d’irritants», sourit Mme Bellerose, visiblement heureuse de voir le Centre doté d’une salle d’exposition supplémentaire et d’un grand espace multifonctionnel flambant neuf, servant à mieux accommoder ses groupes de visiteurs.

Les lieux

Maintenant, l’endroit respire, dit-elle. Quand on y entre, on s’y sent à l’aise. Le hall d’accueil est chaleureux avec ses œuvres, accrochées ici et là, représentant quelques spécimens fauniques.

Mon premier arrêt: la nouvelle salle d’exposition qui abrite, jusqu’en mai 2019, des animaux naturalisés; des envahisseurs, plus précisément. À l’été prochain, une autre exposition temporaire prendra place. Il en sera d’ailleurs ainsi à chaque 12 mois.

Ensuite, je jette un œil au nouvel espace multifonctionnel, qui offre une multitude de possibilités. Tout près, un vestiaire et une nouvelle terrasse y sont aménagés. Ces nouveautés s’intègrent à merveille au reste des installations, qui comprennent notamment une salle de projection avec kaléïdoscope, des aquariums ainsi qu’une salle d’exposition par laquelle on accède en traversant… une caverne! Celle-ci a été conçue sur mesure, il y a environ deux ans, pour accueillir l’exposition «Le retour des géants de la Préhistoire», qui se terminera en 2021.

Carole Bellerose, directrice générale du Centre de la biodiversité de Bécancour, lors de l’inauguration du 3e agrandissement en juin dernier.

Le corridor sensoriel est quant à lui un incontournable. Il mène aux installations extérieures qui, à mon humble avis, sont mignonnes à souhait! L’été, on a l’impression de circuler dans un petit village, où l’on peut saluer toutes sortes d’animaux qu’on voit rarement, avant de se rendre à la mini-ferme qui se trouve un peu plus loin.

Mieux organisé

Avec tous ces atouts, le Centre de la biodiversité se trouve en excellente posture actuellement. Ça n’a cependant pas toujours été le cas, admet Carole Bellerose. «On a eu des heures difficiles. Je ne reviendrais pas en arrière!», souffle celle qui est en poste depuis 2000… et qui en connaît un bail en matière de recherche de financement!

«Heureusement, on a toujours trouvé une façon de nous en sortir, avec la collaboration de la Ville et de nos partenaires. Ça vaut très cher. On ne serait pas là si tout le monde n’embarquait pas. Et quand le maire de Bécancour [Jean-Guy Dubois] qualifie notre établissement de « fierté » pour sa ville, comme il le répète régulièrement, c’est rassurant [pour l’avenir].»

En route vers les ligues majeures

Mieux organisé que jamais, le Centre de la biodiversité du Québec regarde donc l’avenir avec confiance. «On était dans les [ligues] mineures; maintenant, on est dans l’intermédiaire, et je suis convaincue qu’on accédera aux ligues majeures dans les prochaines années», affirme la directrice générale.

«On a un beau produit entre les mains, avec plein de possibilités, poursuit-elle. On dispose de plus de 9000 pieds carrés de bâtiment, en plus du terrain, du verger et de la forêt. En tout, on a une trentaine d’hectares. Il n’y a pratiquement plus de limites à ce qu’on peut faire!»

Rien à voir avec ce qu’elle a connu à son arrivée, alors que l’établissement comptait à peine le tiers de la superficie actuelle…

Un don qui a bien fructifié

À vrai dire, c’est toute une évolution qu’a connu cet attrait depuis que les Frères des écoles chrétiennes ont donné le terrain à la Ville de Bécancour, au milieu des années 1990! «Depuis 1992, ils parlaient de parc forestier, de biodiversité, de l’importance de protéger l’écosystème. C’est grâce à eux, si l’on existe.»

Les différentes personnes qui se sont succédé au sein du conseil d’administration gérant cet organisme à but non lucratif ont fait un travail formidable pour développer cet attrait, qui accueille aujourd’hui des gens de partout, souligne la directrice générale.

Et ce travail se poursuit sans relâche. Carole Bellerose et son équipe promettent d’ailleurs de grandes nouveautés pour 2019 et 2020. On en saura plus prochainement…

Bon à savoir

Construit en 1997, le Centre de la biodiversité du Québec a subi d’importantes améliorations au fil des ans. Du tout petit centre d’interprétation qu’il était à l’époque, il est maintenant considéré comme l’un des attraits touristiques majeurs de la Ville de Bécancour. Il propose aujourd’hui trois circuits intérieurs et un circuit extérieur. Depuis 2009, il accueille des groupes à l’année, et une douzaine d’employés y travaillent, dont quatre permanents.

 

À VOIR et À FAIRE

Centre de la biodiversité

Voyage au fond du St-Laurent

Le retour des géants de la Préhistoire

Exposition itinérante

Sentiers d’observation

Mini-faune

Faune urbaine, drôles de voisins! (été)

Mini-ferme et marais (été)

Verger (automne)

À venir: parcours nocturne (2019)

Programmation complète: www.biodiversite.net

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des