Casino à Wôlinak: des réactions partagées

Casino à Wôlinak: des réactions partagées
En ce moment, au Québec, seulement la communauté Mohawk de Kahnawake compte des établissements de jeux. (Photo : Stéphane Lévesque)

WOLINAK. L’implantation d’un casino à Wôlinak, dans la bâtisse où se trouve actuellement la station de radio VIA 90.5, suscite diverses réactions dans la communauté.

Contacté par le Courrier Sud, Jean-Guy Dubois, le maire de Bécancour, ne s’inquiète pas de la situation. «On attend de voir la grosseur de tout ça. Des casinos, il y en a au Québec et partout au Nouveau-Brunswick. Ce n’est pas majeur. Ça ne me rend pas malade. Je ne vois pas de problème. Il n’y a pas de panique à bord. Et il demeure que les Abénakis sont complètement autonomes dans leur territoire par rapport à la Ville de Bécancour».

Le point de vue diffère du côté d’Annie Gauthier, directrice générale de la Relance Nicolet-Bécancour, un organisme qui œuvre dans le domaine de la prévention et de la sensibilisation des dépendances. «L’ouverture d’un casino à Wôlinak nous amène des préoccupations et des inquiétudes. Il faut savoir qu’il y a en Mauricie et au Centre-du-Québec une proportion plus grande de joueurs compulsifs qu’ailleurs qu’au Québec. De plus, comme le démontre une étude récente du <@Ri>Canadian Community Health Survey<@$p> effectuée auprès de plus de 50 000 personnes, l’exposition à un casino à proximité augmente les troubles de jeu pathologique dans une population. Ça fragilise», indique-t-elle.

Annie Gauthier souligne également l’importance de la mise en place d’outils de prévention dans l’éventualité de l’implantation d’un casino qui ne serait pas régi par Loto-Québec.

«Dans un casino de Loto-Québec comme on le retrouve à Montréal, à Gatineau, à La Malbaie et à Mont-Tremblant, il y a des politiques d’exclusion. Il y a un filet de sécurité offert aux personnes qui souffrent de jeu pathologique. Pour un casino privé, je souhaite que l’on pense à cela», souligne-t-elle.

Du côté de Loto-Québec, appelé à commenter l’implantation d’un casino à Wôlinak, Renaud Dugas, conseiller senior en affaires publiques et en médias, a écrit ce qui suit au Courrier Sud : «Loto-Québec n’a pas le mandat de contrôler ou d’intervenir lorsque des jeux de hasard et d’argent sont offerts par d’autres entités. Dans ce contexte, nous ne commenterons pas davantage le projet».

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des