Bob Bissonnette n’est pas oublié au Coeur-du-Québec

Bob Bissonnette n’est pas oublié au Coeur-du-Québec
Durant sa trop courte carrière, Bob Bissonnette s'est donné en spectacle à Gentilly, Saint-Léonard-d'Aston, Nicolet, Saint-Célestin, Sainte-Perpétue, Sainte-Angèle et Sainte-Sophie de Lévrard. (Photo : Courtoisie)

CULTURE. La sortie prochaine de la version DVD d’un documentaire sur l’auteur-compositeur-interprète Bob Bissonnette et la tenue d’un spectacle-bénéfice de l’hommage initié par Pascal Doucet qui se tiendra le 16 novembre rappelle à ses admirateurs des souvenirs heureux de ses passages dans la région.

Un des premiers à avoir croisé sa route est André Alie. C’est à une audition de la série Québec-Montréal portant sur le hockey en 2009, que l’enseignant en éducation physique de l’école la Découverte se fait désigner comme co-chambreur un ancien joueur robuste des Olympiques de Hull, Roberto «Bob» Bissonnette. «Il commençait dans la musique. À cette époque, j’étais l’un des propriétaires du Pile ou Face à Saint-Léonard-d’Aston. Il m’a dit : «J’vais aller à ton bar, ça va être tout un party». Et un party, cela va en être tout un le vendredi 4 mars 2011. Il n’y avait plus un billet à 10$ à vendre», se rappelle André Alie.

Cédric Bellerose de Saint-Célestin sera également un de ses fans de la première heure. «Dans mon équipe de dekhockey, on écoutait à fond son premier album. Ce qui m’a accroché chez lui, c’est qu’il faisait des tounes sur le hockey. En plus, ses spectacles étaient festifs. Avec mes chums, on allait le voir souvent en spectacle», se rappelle Cédric Bellerose qui a vu Bob Bissonnette sur scène une bonne douzaine de fois.

C’est ce qui l’amènera à suggérer au comité du Festival du blé d’Inde de Saint-Célestin de l’ajouter à sa programmation. Impliqué dans l’organisation, Cédric côtoiera de près l’artiste. «C’était un gars de party. Il n’était pas hautain. Il jasait avec tout le monde. Dès qu’il est arrivé, il s’est senti comme chez lui. En 2011, ç’a été une soirée record au bar», souligne celui qui participera à son retour en 2014 et en 2015. Et il y en aurait eu d’autres selon le dévoué bénévole. «Au moment de sa mort, on était en discussion pour 2017», révèle celui qui a été secoué la mort tragique de son idole . «J’avais un souper d’amis quand j’ai appris sa mort le 4 septembre 2016. Créé moi, créé moi pas, j’ai braillé», se rappelle avec émotion Cédric Bellerose qui écoute et écoutera toujours son Bob Bissonnette en voiture en se rendant au travail. «J’ai ses trois cd et je connais toutes ses chansons par cœur».

C’est Pascal Doucet qui est responsable de la venue de Bob Bissonnette au Rendez vous o Fleuve de Sainte-Angèle en 2012.

De son côté, Pascal Doucet a eu écho de la musique énergique de la «rockstar» disparu trop tôt dès la sortie de son premier album intitulé «Recrue de l’année». Étonnamment, ce ne sera pas à la première écoute que le sympathique chanteur des Cuillères à carreaux aura le coup de foudre. «C’est un matin, de bonne heure, à la pêche sur la glace que ça s’est passé», explique celui qui s’était concocté pour l’occasion une liste d’écoute de chansons de Bob Bissonnette pour se donner une deuxième chance. Et il ne passera pas à côté!

«L’écouter c’est bien, mais aller voir en spectacle c’était vraiment autre chose. Il me rejoignait vraiment dans ce que je veux donner en spectacle et faire dans la musique», au dire d’un Pascal Doucet qui rappelle le côté «entrepreneur» de Bob Bissonnette. «En musique comme ailleurs, il avait compris que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même», souligne-t-il.

Afin de perpétuer sa mémoire, Pascal Doucet a lancé un hommage à Bob Bissonnette il y a quelques années. «On ne fait pas ça pour l’argent. On est rendu sept dans le band. Ce qu’on veut c’est de le fêter. On va continuer de le faire tant que mon foie va le permettre!», dit-il dans un éclat de rire communicatif. Un peu plus sérieusement, Pascal Doucet rapporte qu’à chaque spectacle de Salut Bob Gorgée!, on lui confie des histoires touchantes.

«La dernière fois que je lui ai parlé, c’était au Festival du cochon en 2016, un mois avant son décès. On a jasé environ 1 heure de temps après son spectacle. J’étais loin de me douter que c’était la dernière fois que je le voyais, si j’avais su…» – Sylvain Jutras

Une de ces belles histoires concerne justement l’un des guitaristes de son groupe hommage. «On était revenu de Wildwood pour voir son spectacle à Saint-Célestin. Ma conjointe de l’époque lui a demandé s’il voulait nous marier et tout bonnement il a dit à la foule : «L’année prochaine, je vais marier Sly et Nancy». Tu peux t’imaginer que le lendemain on a fait les démarches à savoir si c’était vrai. Sa gérante nous a confirmé que Bob n’avait qu’une seule parole et qu’il allait nous marier», indique Sylvain Jutras.

«À partir de ce moment, j’ai appris à connaître Bob et je peux te dire que c’est une personne loyale et qui prenait soin du monde autour de lui. Je pense que c’est pour cette raison que ses fans l’aimaient tant. Quand tu lui parlais, tu avais l’impression d’être son ami depuis toujours et tu sentais que ce n’était pas du fake», ajoute-t-il.

 

«Salut Bob Gorgée !» sera le 16 novembre à la salle Maurice-Richard, Sainte-Angèle pour un souper de financement pour les équipes de hockey mineur du Centre-du-Québec et de la Mauricie. On se renseigne au 819-668-5295.

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des