Le BigFoot à Saint-Léonard… c’est terminé

Le BigFoot à Saint-Léonard… c’est terminé

Près de 950 spectateurs avaient assisté au match du BigFoot à Plessisville.

HOCKEY. L’organisation du BigFoot de Saint-Léonard-d’Aston a pris une décision déchirante jeudi soir… Après sept saisons, l’équipe ne sera pas de retour l’an prochain dans la ligue de hockey senior AAA du Québec (LHSAAAQ). La franchise évoluera plutôt à Plessisville, selon ce qu’a appris Le Courrier Sud.

Le comité a bien tenté de garder l’équipe à Saint-Léonard-d’Aston, mais on a dû se rendre à l’évidence: le bassin de commanditaires était trop limité pour pouvoir boucler le budget nécessaire. «On est un petit village et on compétitionne contre des villes, explique le président du BigFoot, Jacques Lemire. On voit du monde, mais un moment donné, on a rapidement fait le tour des entreprises.»

Le comité de bénévoles qui tenait à bout de bras l’organisme à but non lucratif (OBNL) n’avait pas envie de revivre la même situation que lors des deux dernières saisons. «C’est triste. C’est difficile à accepter, mais les deux dernières années, on arrivait aux Fêtes et on manquait d’argent», continue le président.

«Ce n’est pas comme si nous avions un riche propriétaire, que tu lui tapes sur l’épaule et il sort 5000$. C’est le cas pour d’autres équipes mais nous, ce sont tous des bénévoles et personne ne voulait manquer d’argent», poursuit-il.

Une décision devait également être prise pour permettre au programme des Broncos de la ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS) d’aller de l’avant. «L’école attendait après ça, parce que le BigFoot avait la priorité pour les commanditaires», ajoute Jacques Lemire.

Les coûts d’opération d’une équipe se chiffraient à plus de 100 000$, selon ce que nous a confié le trésorier de l’équipe, Rémi Poirier. «C’est trop élevé.  Pour un village comme le nôtre, c’était devenu impossible», lance-t-il.

Il y a également les assistances à la baisse qui inquiétaient grandement le comité. «Ça faisait deux ans qu’on pensait qu’on aurait plus de monde, et ce n’était pas le cas, rappelle le président. Même si la Municipalité fait des modifications dans l’aréna (pour améliorer la visibilité), on se demandait “Est-ce qu’on risque? Et s’il n’y a pas plus de monde?”»

Beaucoup d’intérêt du côté de Plessisville

Les bénévoles estiment que l’équipe sera entre bonnes mains, à Plessisville. On a pleinement confiance dans le groupe d’investisseurs formé notamment d’Éric Champagne, de Tolérance Zéro, et de Jimmy Vigneault, de Métal Pless.

«C’est notre bébé. On l’a fait grandir et on espère qu’il sera en santé. On croit qu’il le sera à Plessisville, illustre Jacques Lemire. Quand on allait jouer là, il y avait toujours du monde. C’est sûr qu’on n’y allait pas souvent, mais on pense qu’il y aura de bonnes foules. C’est une place à hockey.»

Plusieurs joueurs du BigFoot viennent d’ailleurs de la MRC de l’Érable et l’intérêt pour l’équipe a toujours été au rendez-vous. Ça faisait d’ailleurs déjà deux ans que des investisseurs de Plessisville démontraient ouvertement leur intérêt.

«L’an dernier, ils nous avaient approchés. Cette année, dès la fin de la saison, ils sont revenus à la charge, raconte Jacques Lemire. On leur a demandé d’avoir un peu de temps. Ils comprenaient qu’on voulait garder notre équipe, mais là, il fallait prendre une décision.»

Le président a tenu à remercier les commanditaires et les partisans qui ont appuyé l’équipe tout au long de l’aventure qui vient de prendre fin et qui a été parsemée de trois championnats et de cinq finales consécutives. De belles années!

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Le BigFoot à Saint-Léonard… c’est terminé"

avatar
Sylvain Alie
Invité
Sylvain Alie

C’est vraiment désolant de voir que la population léonardaise et environnante n’ait pas embarquée davantage afin de supporter, que pour un maigre 8$, une équipe aussi compétitive que l’organisation du Bigfoot nous offrait année après année.
Loin le temps où nous reverrons un tel outil de propagande aussi favorable pour St-Léonard´Aston.
Maintenant, gens de peu de vision, d’envergure et de fierté, vous pouvez désormais rester terrer dans vos cambuses et économiser un gros 8$.
Pensez-y, mais il est trop tard. Petite mentalité rétrograde. Tout simplement!

martinlebeau
Invité
martinlebeau

REGRESSION