Alain Rayes défie Yves-François Blanchet

Alain Rayes défie Yves-François Blanchet
«L’énergie est là. Le sourire est là. On va se battre jusqu’à la fin pour s’assurer que le Québec est bien représenté dans un gouvernement conservateur» - Alain Rayes (Photo : Stéphane Lévesque)

POLITIQUE. Dans le contexte où les sondages indiquent une progression du Bloc québécois et un débat des chefs où Andrew Scheer a eu des difficultés a reconnu son lieutenant politique, c’est dans le château fort de Louis Plamondon qu’Alain Rayes a lancé une série de défis à Yves-François Blanchet.

Alain Rayes était accompagné Pierre-André Émond (Bécancour-Nicolet-Saurel), Jessica Ébacher (Drummond), Josée Bélanger (Berthier-Maskinongé), Bruno-Pier Courchesne (St-Maurice-Champlain) et Yves Levesque (Trois-Rivières).

«Je mets au défi Yves-François Blanchet de venir me dire qu’il a une meilleure équipe que nous pour le Québec. Je mets au défi Yves-François Blanchet de m’expliquer comment un parti qui ne peut pas gouverner pourra empêcher Justin Trudeau de contester la loi 21. Je mets au défi Yves-François Blanchet de m’expliquer comment il va mettre en place un rapport d’impôt unique pour le Québécois comme l’a demandé l’Assemblée nationale à l’unanimité», a déclaré Alain Rayes.

Il en ajoute. «La réalité, c’est qu’Yves-François Blanchet est impuissant sur ces enjeux. Comme Lucien Bouchard l’a dit, le Bloc ne fait que diluer le pouvoir du Québec.  Un autre ancien chef du Bloc, Michel Gauthier, a aussi dit que le Bloc n’est plus utile et qu’il nuit même aux intérêts du Québec », a déclaré Alain Rayes.

Peut-être tre inspiré par le début de saison spectaculaire des Canadiens de Montréal, le député de Richmond-Arthabaska s’est permis une analogie avec le hockey. «On est convaincu de faire des gains au Québec. La campagne vient juste de commencer… On a eu l’échauffement jusqu’au premier débat. C’est la première période qui est jouée… Ça se joue jusqu’à la dernière minute. On va faire des passes sur la palette à tous les joueurs. On va scorer des buts et je peux vous dire qu’on va gagner le 21 octobre prochain», s’est-il exclamé sous les applaudissements de partisans venus assister à la conférence de presse qui s’est tenue à l’Auberge Godefroy de Bécancour.

Rappelons qu’à la dissolution de la Chambre des communes, le Parti conservateur du Canada avait 11 députés au Québec et le Bloc québécois 10. Le Parti libéral en comptait 40 sur les 78 circonscriptions fédérales du Québec. Quatorze députés étaient du Nouveau parti démocratique et un du Parti populaire.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

2
Laisser un commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
Stéphane RobichaudGrondin Michel Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Me notifier des
Grondin Michel
Guest
Grondin Michel

Même si le Bloc est certain de toujours être dans l’opposition, ses députés ont obtenu et continueront d’obtenir plus pour le Québec que les Benny oui oui québécois élus pour le parti qui prendra le pouvoir. En fait, qu’ils soient bleus ou rouges les députés fédéralistes québécois au fédéral (presque tous des pions et des Benny oui oui) sont obligés de se plier à la ligne de parti et ce parti doit faire les quatre volontés du ROC pour avoir le support des grands financiers et des red necks. Ceux qui sont le moindrement nationalistes (même fédéralistes) devraient voter pour… Lire plus »

Stéphane Robichaud
Guest

Alain Rayes une force pour le Québec.

La porte est ouverte.

Laissez-nous porter votre voix à l’intérieur du gouvernement, le seul endroit où le pouvoir s’exerce.