Agriculteurs et chasseurs centricois prennent entente

Photo de Rédaction - Le Courrier Sud
Par Rédaction - Le Courrier Sud
Agriculteurs et chasseurs centricois prennent entente
De gauche à droite: Yvon Courchesne, président de la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs Centre-du-Québec, Mario Proulx, membre de l’exécutif, UPA Centre-du-Québec, et Daniel Habel, président UPA Centre-du-Québec. (Photo : courtoisie)

NICOLET. La Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec et la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs du Centre-du-Québec ont marqué une page d’histoire récemment avec la signature d’un partenariat de jumelage. Une première au Québec.

Le projet vise à contrôler la déprédation animale en développant un système de maillage entre les agriculteurs et les chasseurs. Ce maillage permettra un cadre de gestion ordonné de la chasse en territoire privé au Centre-du-Québec.

En signant cette entente, les fédérations se sont engagées à travailler en collaboration en ce qui a trait à l’échange de connaissances sur l’utilisation du territoire par la faune et à appuyer les membres de l’UPA qui éprouvent des problèmes de déprédation en leur proposant des activités de chasse sur leurs terres.

Cette association se fera dans un esprit de collaboration, d’entraide et d’échanges constructifs en accord avec les volontés des deux parties, dans le respect d’une implication volontaire des membres de chacune des fédérations, précisent les nouveaux partenaires.

«Le respect de la propriété privée est un élément essentiel pour les propriétaires de terrain qui prêtent leur espace à d’autres activités comme la chasse. Ce partenariat producteur–chasseur, basé sur une formule de jumelage, permet aux producteurs agricoles d’être rassurés en ce qui a trait au respect de leur propriété. De plus, leur besoin de déprédation, à l’égard de certaines espèces, joint l’utile à l’agréable pour les deux parties», souligne Daniel Habel, président de l’UPA du Centre-du-Québec.

De son côté, Yvon Courchesne, président de la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs du Centre-du-Québec, fait valoir que «la prolifération des dindons sauvages et la présence accrue des cerfs de Virginie et des oies des neiges sont des réalités auxquelles les producteurs agricoles de notre région sont confrontés. La chasse se veut un outil de gestion des populations de grands gibiers et de plusieurs autres espèces qui vivent en milieu agricole. La signature de ce protocole d’entente avec l’UPA permettra de mieux soutenir les agriculteurs aux prises avec des problèmes de déprédation.»

Les deux parties s’engagent aussi à maintenir un comité bipartite qui se réunira au moins une fois par année pour une reddition de comptes des activités de chasse sur les terres agricoles des membres de l’UPA.

Pour plus d’information sur le sujet, les agriculteurs peuvent joindre Claude Boissonneault de la Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec au 819 371-8833. Les chasseurs sont quant à eux invités à communiquer avec Michel Lemieux de la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs du Centre-du-Québec au 819 694-0741.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des