Vers un ProjetBécancour.ag plus vert?

ENVIRONNEMENT. Les responsables du ProjetBécancour.ag ont présenté aujourd’hui une mise à jour du projet et des orientations que l’on qualifie de «plus soucieuses de l’environnement». Pour ce faire, on a fait appel à Écotech Québec, un OSBL, pour trouver des solutions permettant de capturer et de valoriser le CO2 afin de diminuer les émissions GES de sa future usine qui se trouverait dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour.

Avec cette collaboration, ProjetBécancour.ag dispose maintenant d’un portfolio de 10 solutions technologiques, pour le moment gardé confidentiel, qui pourraient lui permettre d’espérer capturer et valoriser jusqu’à 355 000 tonnes de CO2 de plus qu’initialement prévu. Rappelons qu’avec son projet intégrant production d’urée et de méthanol, ProjetBécancour.ag deviendrait l’une des premières usines au monde à utiliser une partie des gaz de combustion émis par la production de méthanol pour produire de l’urée. Un procédé qui permet de récupérer et de valoriser 55% des émissions de CO2 selon les promoteurs du projet.

Il ne faut cependant pas y voir une relation de cause à effet entre la création et les prises de position d’Alternatives Bécancour et la présentation d’orientations plus soucieuses de l’environnement pour le projet selon Yvan Martin, responsable des communications de ProjetBécancour.ag. «De travailler avec Écotech Québec, c’était quelque chose qui était planifié depuis bien longtemps avant la création d’Alternatives Bécancour. En plus d’Écotech, nous travaillons avec l’UQTR et d’autres partenaires. Notre objectif c’est de faire l’usine la plus performante au monde en termes d’émissions de CO2».

Il demeure que les responsables du ProjetBécancour.ag ont rencontré les membres d’Alternatives Bécancour. «Nous sommes en contact avec eux. On les écoute, car on veut améliorer ce projet-là. Il y a également le BAPE qui s’en vient. On va pouvoir leur dire qu’on est dans un processus d’amélioration continue. On a confiance en leur consultation. Les gens pourront s’exprimer sur le ProjetBécancour.ag», souligne Yvan Martin, responsable des communications du projet qui pourrait créer 200 emplois lors de son ouverture en 2022 ainsi que générer des investissements de 1,3 milliard de dollars.

Rappelons qu’Alternatives Bécancour est une coalition citoyenne qui s’oppose à une usine d’urée et de méthanol jugeant que le projet va à l’encontre des engagements climatiques du Québec. Reste à voir si le regroupement de huit groupes écologistes actifs du Centre-du-Québec et de la Mauricie réagira positivement aux orientations que l’on qualifie de «plus soucieuses de l’environnement» présentées par ProjetBécancour.ag. À suivre.