L’activité économique à son comble à Bécancour

BÉCANCOUR. La ville de Bécancour fait feu de tout bois pour dynamiser son offre industrielle et commerciale et ainsi faire de la région un joueur de premier plan.

De nombreux projets sont sur les rails. Dans le plan de match de la ville, il y a évidemment la mise en valeur des atouts du parc industriel et portuaire de Bécancour, mais pas seulement. Bécancour a lancé le 15 juin dernier son incubateur industriel et de nouveaux entrepreneurs y travaillent. La ville a aussi lancé son Parc pour PME et dont la Phase I est complétée. Elle y développe 11 terrains de plus de 60 000 pieds carrés. Six promoteurs doivent s’y installer sous peu. « Il y a de fortes chances que la Phase II débute dès l’été prochain », assure Pierre-Michel Auger, commissaire industriel de Bécancour. «On a au Parc LaPrade des technologies propres, au Parc 30/55 de Saint-Grégoire de l’industriel et du commercial. Bécancour aura une offre commerciale et industrielle de premier plan. C’est là-dessus qu’on travaille», précise M. Auger.

Un vent de fraîcheur souffle en direction du parc des Chardonniers de Sainte-Gertrude. Ce parc industriel et commercial abrite notamment une usine désaffectée où de profondes transformations se préparent.  «Vous allez avoir de bonnes nouvelles concernant ce secteur à court terme», assure M. Auger.

Les projets résidentiels ne sont pas en reste à Bécancour. Près de 1 000 résidences pourraient y être construites à moyen terme. Bécancour agit parfois comme le trop-plein de Trois-Rivières, tant sur le plan industriel que résidentiel. «La plupart des gens qui travaillent à Bécancour viennent de Trois-Rivières. À Sainte-Angèle, il y a un potentiel de développement de 1 000 résidences sur le plateau Laval. Des entreprises travaillent au développement du terrain. Plus de 100 maisons ont été construites en 2020». Une autre grappe de 100 maisons sortirait aussi de terre cette année, de même qu’une nouvelle école de plus de 300 places afin de desservir cette expansion», ajoute M. Auger. Les différents services à la communauté devraient s’y adjoindre.

Les destins de Bécancour et de Trois-Rivières ont toujours été intimement liés. Et cette interdépendance est bien campée et favorablement accueillie par leurs deux entités municipales. «Ç’a toujours été comme ça. Les affinités sont là, il y a toujours eu de bonnes ententes entre les deux villes. L’une est le complément de l’autre. Si une entreprise est à l’extérieur, on peut travailler ensemble pour l’attirer chez nous, voire en Mauricie. En fin de compte, les deux villes sont gagnantes».

La Société du parc industriel et portuaire de Bécancour caresse elle aussi de nombreux projets, outre celui de sa désignation future comme Zone d’Innovation du Québec. Plusieurs grandes entreprises pourraient lui accorder leur faveur «dans les prochaines semaines, les prochains mois», affirme M. Auger. Véritable locomotive du développement de Bécancour, la SPIPB attire la grande industrie, l’emploi, les familles et des revenus de taxation.