La Nation W8banaki de retour devant les Nations unies

NDAKINA.  Désirant réitérer l’importance de combattre le vol identitaire et culturel que subissent certains peuples autochtones, la Nation W8banaki fera son retour devant l’Organisation des Nations unies (ONU) du 8 au 12 juillet prochain, lors du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones qui se tiendra à Genève, en Suisse.

La Nation sera représentée par deux conseillers élus du Conseil des Abénakis d’Odanak, Jacques T. Watso et Martin Gill. Ces derniers faisaient également partie de la délégation, composée de membres W8banakiak et de l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador, qui s’était rendue à New York, en avril dernier, devant l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones. Elle y avait tenu un événement parallèle sur le même enjeu qui avait suscité un vif intérêt. 

Rappelons qu’en 2011 et 2012, le gouvernement du Vermont a reconnu quatre groupes vermontois en tant que groupes abénakis – une décision prise dans le cadre d’un processus politique dont les Abénakis d’Odanak et de W8linak ont été largement exclus et dont le résultat et sa légitimité sont depuis remis en question par la Nation W8banaki, certains journalistes ainsi que plusieurs historiens et académiciens. 

Les représentants de la Nation W8banaki qui se rendront dans la capitale suisse dans quelques jours espèrent pouvoir contribuer à faire avancer les connaissances sur cet enjeu majeur et entendent demander aux différentes instances concernées d’agir dans le cadre de leurs mandats : « Autant les gouvernements que les instances internationales et les organisations autochtones ont leur rôle à jouer dans la dénonciation et la réparation des injustices qui ont été commises à l’égard de notre peuple par l’État du Vermont », déclare Jacques T. Watso. 

« Le vol de l’identité et du patrimoine culturel et spirituel par des groupes autoproclamés ou reconnus par des États comme le Vermont est une composante importante de la perte de pouvoir décisionnel des W8banakiak sur notre territoire ancestral, le Ndakina. Comme on l’a constaté lors de notre dernière présence à l’ONU, notre cas n’est pas isolé. Plusieurs autres peuples autochtones sont également victimes d’usurpation de leur identité, ici au Canada, tout comme aux États-Unis et d’autres pays dans le monde. Ces personnes, qui s’approprient faussement notre identité, parlent au nom de notre Nation et réécrivent notre histoire sans en avoir le droit légitime. L’ONU a un rôle à jouer pour mettre fin à cette pratique qui bafoue les droits fondamentaux des peuples autochtones, notamment ceux que l’on retrouve dans la Déclaration de l’ONU sur les droits des peuples autochtones », ajoute-t-il. 

À propos d’Abenaki Heritage 

Abenaki Heritage est un organisme fondé par les Conseils des Abénakis d’Odanak et de W8linak ainsi que par W8banaki, le Conseil tribal de la Nation. Ce dernier, fondé en 1979, détient trois principaux éléments dans sa mission : la représentation, le développement et l’administration. À travers Abenaki Heritage, les représentants politiques d’Odanak et de W8linak, soutenus par W8banaki, sont responsables de la campagne de mobilisation en cours ciblant ses membres résidant aux États-Unis. (SP)