La crue des eaux sous surveillance

INONDATIONS. COVID-19 ou non, la crue des eaux demeure une préoccupation sur le territoire au printemps. À ce moment-ci, heureusement, la situation n’est pas problématique, rapporte le directeur régional de la sécurité civile et incendie Mauricie et Centre-du-Québec, Sébastien Doire.

«On surveille les cours d’eau. Présentement, le niveau du fleuve Saint-Laurent est à la baisse», indique-t-il en précisant que la Direction régionale de la sécurité civile et incendie Mauricie et Centre-du-Québec est prête à intervenir si la situation évolue.

Nicolet

La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, se fait également rassurante. «La Ville de Nicolet est prête à faire face à une éventuelle crue des eaux. Pour l’instant, le niveau du fleuve a diminué dans les deux derniers jours [jeudi et vendredi derniers] mais nous poursuivons notre surveillance», indique-t-elle en précisant que le coordonnateur des mesures d’urgence de sa ville a assisté à une webconférence sur la gestion des eaux des Grands-Lacs et fleuve Saint-Laurent vendredi.

Pour se préparer à la crue, la Ville de Nicolet a réalisé plusieurs actions. Elle a notamment installé des digues au bout des avenues généralement problématiques ainsi qu’une pompe sur le quai du Port Saint-François. Elle a également procédé à la vérification de ses pompes auxiliaires et fait l’inventaire de ses fournitures (sacs et attaches), en plus de renouveler ses ententes avec la Marina et la Chapelle. Des échelles et cônes pour fabrication de sacs de sable avec distance de 2 mètres entre les personnes (une nouvelle façon de faire pour aider les citoyens) sont également disponibles.

«Nous sommes conscients que nous devrons faire preuve d’adaptation si jamais il y avait des inondations. Nous mettrons à la disposition des riverains des outils sécuritaires pour faire leurs sacs [de sable]. Nous serons présents sur les lieux pour s’assurer que tout se déroule dans les règles de prévention. Les tournées des pompiers seront remplacées par des appels quotidiens (ou au besoin) aux riverains. Notre liste est d’ailleurs prête», explique Geneviève Dubois, consciente que ces nouvelles mesures peuvent paraître inquiétantes.

«Nous serons là, ajoute-t-elle d’un ton rassurant. Les riverains aussi devront s’adapter… Peut-être qu’il y aura moins de sacs de sable pour protéger les terrains des débris, mais une corvée pourra peut-être être organisée plus tard…. Il faudra tous faire preuve d’ouverture et de résilience…»

Bécancour

«La vigie est constante du côté de Bécancour», indique de son côté Marie-Michelle Barrette, directrice des communications de cette ville. «[…] De nombreuses mesures sont en place en prévision d’une possible crue des eaux à Bécancour. Du sable et des sacs vides ont été disposés à trois endroits stratégiques sur le territoire: au bureau touristique de Bécancour, au stationnement de l’hôtel de ville et dans le secteur Belle-Vallée (à proximité du conteneur).»

Pierreville

«Actuellement, les zones inondées sont un secteur de Notre-Dame de Pierreville, le chenal tardif et le chemin de la coulée», indique Éric Deschenaux, le maire de la municipalité, en précisant qu’il avait restreint les accès à ces zones. «Seulement la municipalité et les résidents y sont autorisés», ajoute-t-il en précisant qu’une surveillance quotidienne est effectuée par l’inspecteur municipal et les services d’incendie.