Karine Beaudoin dans les coulisses de Joyeux Calvaire

BÉCANCOUR. Il y a plusieurs années, Karine Beaudoin a suivi son cours de maquillage artistique dans l’espoir de travailler pour le Cirque du Soleil. «Quand je les ai appelés, on m’a dit que tous les artistes du cirque se coiffaient et se maquillaient tout seuls. J’ai donc fait une croix sur le projet», raconte celle qui a alors poursuivi son chemin en coiffure et en esthétisme pour finalement ouvrir, il y a 17 ans, le salon Pikasso à Gentilly.

Or, un rêve n’est jamais vraiment irréalisable, semble-t-il. En effet, pas plus tard qu’à la fin du mois de mai dernier, elle recevait un appel inattendu de la production de Joyeux Calvaire, l’hommage aux Cowboys Fringants présenté par le Cirque du Soleil cet été à l’Amphithéâtre de Trois-Rivières. On cherchait quelqu’un pour concevoir les coiffures des 37 artistes du spectacle.

«C’est encore vrai que les artistes du Cirque se coiffent et se maquillent seuls, peu importe où ils sont dans le monde: Dubaï, Montréal, Barcelone, Las Vegas… Cela dit, des professionnels conçoivent ces coiffures et ces maquillages pour eux, puis leur montrent comment les réaliser par eux-mêmes. C’est une chose que je n’avais pas réalisée à l’époque… et que je concrétise aujourd’hui!.»

C’est par contact interposé que Karine Beaudoin a pu infiltrer les coulisses du Cirque du Soleil à Trois-Rivières. «Le chorégraphe du spectacle, Vincent Desjardins, est un de mes bons amis. Il enseigne la danse à mes deux filles. Lors d’une réunion de production, il a été question du fait qu’ils n’avaient pas de coiffeuse cette année. Vincent leur a proposé mon nom et leur a montré ce que je faisais. On m’a alors confié le mandat.»

Dans les jours suivants, Karine Beaudoin a plongé avec enthousiasme dans l’aventure. Elle a travaillé étroitement avec le concepteur des costumes et la conceptrice des maquillages, afin d’en arriver à une belle harmonie dans le look général de chacun des personnages. Elle s’est également bien informée sur le genre d’acrobaties et de mouvements que chacun aurait à effectuer durant le spectacle pour s’assurer que chaque coiffure convienne. Pour finaliser le concept, elle s’est inspirée des chansons sur lesquelles chaque artiste entrait en scène.

«Je me suis fait des tableaux avec la photo de chacun, le costume qu’il porte, le genre de numéro qu’il fait, le titre des chansons où il apparaît… Il ne suffit pas de regarder la photo de l’artiste et de dire « Tiens, je vais lui faire une tresse française »! Il y a plusieurs facteurs dont on doit tenir compte. Ça fait partie d’un tout», indique celle qui a fait beaucoup de recherches avant de faire des propositions aux artistes.

Le résultat final a été travaillé avec soin. D’ailleurs, beaucoup d’ajustements ont été apportés par rapport à l’idée originale, afin que tout soit parfait. «Ça se travaille en équipe, et c’est d’ailleurs un beau travail d’équipe!», ajoute-t-elle en soulignant le talent exceptionnel du costumier et de la maquilleuse du spectacle, de même que la gentillesse des artistes et de toute l’équipe.

Des artistes à Gentilly

La semaine dernière, Karine Beaudoin a accueilli dans son salon de Gentilly cinq artistes pour leur appliquer la coloration nécessaire à leur look. «C’est une coloration dans les couleurs d’automne, comme le rouge, l’orangé, le vieux rose et des roux blonds», indique-t-elle.

Autrement, tout se passe à l’amphithéâtre Cogeco, en anglais, compte tenu que les artistes proviennent d’un peu partout dans le monde : Italie, Russie, Ukraine… «Certains d’entre eux ont participé aux Jeux olympiques, en gymnastique. C’est plutôt intéressant de discuter avec eux…»

La coiffeuse leur a montré comment réussir leur coiffure, en plus de leur fournir tout le matériel nécessaire à leur réalisation: fixatif, gel, élastiques, brosses, fers… «Ce sont tous des produits et des accessoires faciles à manipuler. On a d’ailleurs limité l’utilisation des bobépines pour la sécurité des acrobates.»

Évidemment, toutes les coiffures sont conçues de façon à être reproduites facilement et, surtout, confortables tout au long du spectacle. «C’était important qu’ils ne soient en aucun moment distraits ou dérangés par leurs cheveux. On comprend que dans un spectacle du genre, leur concentration doit être entièrement tournée sur l’exécution de leurs numéros», souligne la Gentilloise, qui sera dans les coulisses de l’amphithéâtre lors des sept premières représentations pour s’assurer que tout se déroule bien. «C’est quand même ma signature, alors je souhaite que tout le monde soit parfait», conclut-elle.

Notons que la grande première de Joyeux Calvaire avait lieu ce mercredi, 17 juillet. Cet hommage aux Cowboys Fringants présenté par le Cirque du Soleil se poursuit jusqu’au 17 août à l’amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.