Fortierville se souviendra officiellement d’Aurore Gagnon en 2020

HISTOIRE. Le 12 février 2020, il y a aura 100 ans qu’est décédée Aurore Gagnon. Victime de maltraitance, son histoire tragique relatée dans des films, livres et pièces de théâtre a profondément marqué le Québec. Le Courrier Sud a appris de la mairesse de Fortierville, Julie Pressé, que la municipalité allait commémorer l’événement.

«Tout récemment, on a eu des discussions au conseil municipal. Je ne voulais pas que l’on retombe dans le dramatique de l’histoire. Le triste destin d’Aurore Gagnon, ce n’est pas une fierté pour Fortierville. Le conseil ne voulait pas prendre cette tangente non plus. Sans l’oublier, on va partir de cette tragédie pour en faire quelque chose de positif. On veut démontrer que de cette histoire on a appris et que nos enfants, à Fortierville, sont précieux, sont importants et que l’on en prend soin», a déclaré Julie Pressé.

Pour l’instant, la municipalité de Fortierville est à explorer la possibilité de tenir des ateliers sur la prévention de la violence en collaboration avec des organismes du milieu. «On veut également faire des activités sur la valorisation de l’enfance. Notre directrice générale, Annie Jacques, a eu l’idée de faire une messe commémorative avec un chœur d’enfants», souligne la mairesse de Fortierville qui met l’accent sur le puissant aspect symbolique de ce geste.

Le Centre d’interprétation de Fortierville est ouvert au public.

Sans être promu de façon commerciale, il existe une forme de tourisme reliée au souvenir de Aurore Gagnon. Il faut savoir que depuis plusieurs années des gens viennent visiter le monument à la mémoire de la fillette située à l’entrée du cimetière de Fortierville. À la fin de l’été, on rapporte qu’il y a toujours un amas de peluches adossés sur sa stèle. Il existe également une section consacrée à l’enfant martyre dans un musée sur l’histoire de Fortierville que l’on retrouve dans l’église du village.

 

Cependant, pour Julie Pressé et son conseil municipal, il est très clair que ne l’on veut pas faire de la commémoration des cent ans du décès de Aurore Gagnon une foire. Pas de festival en vue, ni de marchandisation de l’horreur, on se rappellera dans le respect et dans une perspective de prévention. De l’horreur, que l’on apprenne. Que l’histoire ne se répète jamais, souhaitons-le.

 

 

À propos d’Aurore Gagnon

Née le 31 mai 1909, Aurore Gagnon est la seconde fille de Télesphore Gagnon et de Marie-Anne Caron. Sa mère décède de la tuberculose en janvier 1918. À peine âgée de 10 ans, Aurore Gagnon s’éteint 12 février 1920.

Le 13 février 1920, à la lumière des blessures constatées sur le corps de Aurore Gagnon, le coroner Georges William Jolicoeur demande à Lauréat Couture, policier, de se rendre chez la famille Gagnon afin de récupérer le corps. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste Albert Marois et le docteur Andronic Lafond se déroulera à la sacristie de l’église de Fortierville. Ils indiqueront au coroner «… que la mort de l’enfant ne pouvait être attribuée à un accident ou une maladie quelconque».

Le 21 avril 1920, Marie-Anne Houde, la belle-mère de Aurore Gagnon, est reconnue coupable de meurtre. Elle sera condamnée à la mort par pendaison par le juge Louis-Philippe Pelletier. Sa peine sera commuée en sentence à vie par la suite. Marie-Anne Houde est libérée le 3 juillet 1935 pour des raisons de santé. Elle décède du cancer le 13 mai 1936 à Montréal.

Devant le juge Désy, toujours à Québec, le procès de Télésphore Gagnon s’ouvre le 23 avril 1920. Le père de Aurore Gagnon évita la potence en étant reconnu d’homicide involontaire. Malgré une condamnation à vie à purger au pénitencier Saint-Vincent-de-Paul, il est libéré cinq ans plus tard pour «bonne conduite». À sa sortie de prison, Télésphore Gagnon revient vivre à Fortierville. Il est décédé le 30 août 1961 à l’âge de 78 ans.

 

Sources :

Éric Veillette. L’affaire Aurore Gagnon : Le procès de Marie-Anne Houde. Les éditions de l’apothéose. 2015. 436 p.

https://historiquementlogique.com/laffaire-aurore-gagnon-lintroduction/

Bibliothèque et archives nationales du Québec

http://blogues.banq.qc.ca/instantanes/2016/02/12/aurore-gagnon-lenfant-martyre/

Les grands mystères de l’histoire canadienne

https://www.canadianmysteries.ca/sites/gagnon/accueil/indexfr.html