Le directeur canadien des Métallos et des syndicalistes du Mexique à Bécancour

CONFLIT. L’organisation des Métallos de tout le Canada se mettra en action pour soutenir les lockoutés d’ABI, faisant appel aux ressources du Syndicat international et à ses alliés à travers le monde.

C’est ce qu’a assuré le directeur canadien des Métallos, Ken Neumann, de passage sur la ligne de piquetage des lockoutés d’ABI à Bécancour ce matin, accompagné de deux membres du syndicat mexicain Los Mineros, Oscar Alzaga et Jesús Armando Velásquez, et du directeur québécois des Métallos, Alain Croteau.

«C’est inadmissible que deux multinationales jouent avec la vie d’un millier de familles pour satisfaire des intérêts commerciaux. Les Métallos, nous avons une tradition de solidarité bien ancrée. Nous allons faire appel à la solidarité de toutes les sections locales. Quand des géants attaquent des travailleurs, les métallos se serrent les coudes », fait valoir Ken Neumann.

Ce dernier était accompagné de deux syndicalistes de Los Mineros au Mexique, Oscar Alzaga et Jesús Armando Velásquez. «Les multinationales cherchent souvent à diviser les travailleurs entre eux. Ce qui fait notre force, c’est notre solidarité. Recevez, chers confrères, tous nos vœux de succès de la part des mineurs du Mexique », ont-ils fait valoir.

Déjà, le syndicat mondial IndustriALL a écrit une lettre d’appui à la section locale 9700 et enjoint la compagnie de retourner à la table de négociation. Au cours des prochains jours, les sections locales de partout au Canada seront informées du conflit et invitées à soutenir leurs confrères et consoeurs en lockout au Québec.

Saluant l’appui de son alter ego canadien, le directeur québécois a interpellé de son côté le gouvernement du Québec. « On se retrouve devant deux multinationales qui obtiennent des avantages importants sous forme d’électricité à très bas prix et qui prennent en otage toute une population. Le lockout a finalement bien peu à voir avec la négociation patronale-syndicale. Les travailleurs font les frais des manigances pour faire hausser les prix de l’aluminium et baisser les tarifs d’électricité. Le gouvernement du Québec ne peut rester les bras croisés», croit Alain Croteau.

Les 1030 syndiqués d’ABI sont en lock-out depuis le 11 janvier.