Urgence de Fortierville : un retour à la normale « le plus rapidement possible »

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Urgence de Fortierville : un retour à la normale « le plus rapidement possible »
L'urgence de Fortierville (Photo : (Photo archives - Le Courrier Sud))

BÉCANCOUR. Le député de Nicolet-Bécancour Donald Martel et le CIUSSS MCQ souhaitent un retour à la normale « le plus rapidement possible » à l’urgence de Fortierville. On se rappelle que depuis le 1er juin, les heures d’ouverture sont passées de 8h à 20h plutôt que de 8h à minuit en raison du nombre insuffisant de médecins sur place pour assurer l’ensemble de la couverture.

C’est une deuxième réduction en un peu plus de deux ans. « Il s’agit d’une situation exceptionnelle et temporaire », a assuré le chef du Département de médecine d’urgence, Olivier Roy, au moment d’annoncer la coupure.

Dans la dernière année, cinq médecins sur dix ont quitté. Impossible pour l’urgence de faire venir en renfort des médecins dépanneurs puisqu’elle ne cadre plus dans les critères depuis février 2020, moment où la municipalité a accepté d’ouvrir l’urgence 16 heures par jour plutôt que 24 heures, à la demande du CIUSSS MCQ. Fortierville ignorait alors qu’en prenant cette décision, l’urgence n’aurait plus accès à cette banque de médecins dépanneurs.

Dans les dernières semaines, la mairesse de Fortierville Julie Pressé et la MRC de Bécancour ont demandé au gouvernement du Québec l’adoption d’un décret ministériel en urgence afin de pallier cette nouvelle coupure de service et permettre le maintien du service de médecins dépanneurs à l’urgence de Fortierville.

Pas d’annonce

Lors de son passage à Bécancour mardi pour parler de la refonte des services préhospitaliers d’urgence, le ministre de la Santé Christian Dubé a été interrogé sur le dossier de Fortierville.

Or, il n’avait rien à annoncer à ce sujet. « La situation difficile qu’on vit ici n’est pas unique à ici, on le sait tous, a-t-il commenté. Il manque plus de 60 000 personnes dans le réseau. On va vivre un été difficile. Le personnel [de la santé] a amplement mérité ses vacances. On ne pourra pas rouler la machine à 100%, c’est impossible. L’important, c’est de trouver l’équilibre; de trouver quels sont les corridors de services [pouvant servir] d’alternative à une fermeture, par exemple. »

Selon lui, « on a encore un 3-4 mois difficiles à passer ». De son côté, le député Donald Martel a indiqué que « l’objectif est de revenir à la normalité d’ici septembre », tout en admettant que la situation le préoccupait et qu’il en avait avisé le cabinet du ministre.

Du côté du CIUSSS MCQ, on assure travailler de concert avec la municipalité de Fortierville et le député pour attirer de la main-d’œuvre à Fortierville. En ce qui concerne le côté clinique, « on est à regarder toutes les alternatives possibles pour permettre un retour à la normale le plus rapidement possible. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires