Une classe extérieure à l’école secondaire Les Seigneuries

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Une classe extérieure à l’école secondaire Les Seigneuries
Frédérique Bordeleau et Emma Widmer, élèves de 1re secondaire impliquées dans le projet via le comité de la Brigade Verte, en compagnie de Marlène Dubois, animatrice à la vie spirituelle et à l'engagement communautaire, accompagnatrice du projet. (Photo : Lee-Ann Isabelle)

SAINT-PIERRE-LES-BECQUETS.  C’est littéralement un legs aux cohortes actuelles et futures que font cette année les membres de la Brigade Verte de l’école secondaire Les Seigneuries. Ils se sont mobilisés tout au long de l’année scolaire et en pleine pandémie pour parvenir à mettre en place une classe extérieure sur le terrain de leur école.

«Nous voulions passer davantage de temps dehors lors des rencontres parascolaires, mais aussi créer un lieu pédagogique différent et accessible aux enseignants et aux autres élèves de l’école», explique Zoé Depot, élève de 2e secondaire et présidente de la Brigade Verte.

Les contraintes sanitaires liées à la COVID-19 ont exacerbé ce besoin. Lors du retour en présentiel des élèves du secondaire en septembre 2020, les rencontres en parascolaire ne pouvaient plus se tenir à l’intérieur en raison des groupes-bulles obligatoires. «Nous avons alors remarqué qu’il n’existait pas de lieu de rencontre extérieur pour se réunir adéquatement en plein air», indique Estelle Bergeron, élève impliquée dans le projet. «Le besoin d’un tel lieu a été voté à l’unanimité en octobre 2020 comme un des principaux projets de la Brigade Verte», ajoute-elle.

Les jeunes se sont alors retroussé les manches pour le concrétiser et leurs efforts ont été récompensés. Ils ont réussi à amasser près de 18 000$, en plus de recevoir gracieusement l’aide d’entrepreneurs et de divers membres de la communauté pour réaliser leur idée de départ. Ils ont également été nommés «Lauréats régionaux 2021» du Concours Ose Entreprendre du Centre-du-Québec ce printemps pour ce projet qui, selon eux, «apporterait du dynamisme à l’apprentissage et au parascolaire».

Ils avaient vu juste, puisque l’endroit est déjà utilisé par les élèves et certains enseignants. Le lieu comprend sept bancs de style pupitres, fabriqués localement en matériaux récupérés et installés en forme de cercle pour accueillir un maximum de 28 adultes. Il fait la fierté de l’école: «Il a été créé par et pour les élèves, souligne la directrice Aglaé Perreault. On valorise la pédagogie extérieure!».

Et ce n’est pas tout, ajoute pour sa part l’animatrice à la vie spirituelle et à l’engagement communautaire (AVSEC) de l’école, Marlène Dubois, qui accompagne la Brigade Verte. L’aménagement sera bonifié en septembre prochain lors d’une deuxième phase durant laquelle plusieurs espaces verts seront installés avec l’aide de l’École d’agriculture de Nicolet, annonce-t-elle. «Des plantes vivaces et des arbustes fleuris et fruitiers offriront davantage de biodiversité sur le terrain de l’école.»

Madame Dubois a été aux premières loges de ce projet entrepreneurial durant l’année scolaire. Elle a constaté qu’il s’est avéré, pour tous les membres de la Brigade Verte, une grande source de motivation et de stimulation. Ils ont été actifs à tous les niveaux (choix de l’emplacement, recherche de financement, mise en valeur du projet…), en plus de tirer profit de divers apprentissages en cours de route. «Ils sont fiers d’avoir contribué à la création d’un lieu durable que les élèves et les membres de la communauté pourront utiliser à long terme, et qui permettra d’apporter l’apprentissage à l’extérieur.»

La classe extérieure a été inaugurée officiellement le 16 juin, à quelques jours de la fin des cours. Pour l’occasion, les membres de la Brigade Verte ont reçu la visite d’un invité de marque: le metteur en scène Dominic Champagne, ardent défenseur de l’environnement. Il a tenu à féliciter les élèves pour leur engagement.

Rappelons que depuis sept ans, la Brigade Verte pilote divers projets environnementaux à l’École secondaire Les Seigneuries, en plus de gérer une Jeune Coop certifiée (Le Vestibulle). Bon an mal an, elle regroupe une quinzaine d’élèves engagés de tous les niveaux.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires