Les élèves font exploser leur objectif!

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Les élèves font exploser leur objectif!
Des parents sont venus assister bénévolement à la confection des bombes de bain. (Photo : Stéphanie Paradis)

SAINT-LÉONARD-D’ASTON.  Il y a une dizaine d’années déjà, un plan de revitalisation de la cour de l’école Tournesol, à Saint-Léonard-d’Aston, était sur la table. Alors que le projet est plus d’actualité que jamais, la classe de Cindy Houle-Doucet s’est lancée en affaires pour aider au financement de la réfection du parc-école.

Les élèves de 2e année de Mme Cindy ont lancé leur entreprise: La Fabrique à bombes de bain. « Avec mes élèves, on s’est dit que ça pourrait être amusant de monter une petite entreprise pour aider à ce grand projet, alors on a décidé de fabriquer des bombes de bain! C’est quelque chose que je faisais avec mes enfants et je trouvais que c’était facile, car on n’a pas besoin de faire chauffer quoi que ce soit », explique l’enseignante.

Chaque élève avait le défi de vendre quatre sacs chacun, afin d’arriver à un objectif final de 1000 bombes, soit 100 sacs de 10 bombes. « En 2e année, on voit jusqu’au nombre 1000, alors c’est pour ça que c’était mon objectif! On fait nos mathématiques avec ça!, avoue Mme Cindy. Les élèves comptent les bombes, on fait des échanges entre les équipes, on pratique les termes manquants; ce sont de vraies résolution de problèmes! », ajoute-t-elle.

Finalement, les élèves ont été victimes de leur succès, car les ventes de bombes de bain ont explosé; l’objectif de l’entreprise a ainsi été triplé. Résultat: les élèves ont dû confectionner près de 3000 bombes à fragrance d’orange, ce qui représente près de 3000$ qu’ils auront fièrement amassés pour la revitalisation de leur cour d’école.

Tout au long du processus, les élèves ont bien sûr eu leur mot à dire. Bien que ce soit Mme Cindy qui ait acheté et calculé les ingrédients, les jeunes ont pu aider à choisir le nom de l’entreprise ainsi que le design des moules dans lesquels ils allaient former les bombes. Leurs choix se sont arrêtés sur les moules en forme de blocs Lego et d’émojis (celui en forme de caca fait particulièrement fureur!). « Les blocs Lego sont un peu plus difficiles. Il faut être plus minutieux avec eux, mais ça travaille beaucoup la dextérité! », mentionne Mme Cindy.

Plusieurs parents se sont également impliqués. En plus de venir assister Mme Cindy et ses élèves durant la confection des bombes, c’est même l’un d’eux qui a créé le logo de l’entreprise de La Fabrique à bombes de bain! Après la semaine de relâche, une maman a soumis trois logos différents aux enfants qui ont eu l’occasion de voter pour leur favori. « On a affiché le logo un peu partout dans l’école, et il sera imprimé sur des étiquettes et collé sur nos sacs de bombes de bain! », énonce fièrement l’enseignante.

Également, pour conclure le projet, deux parents entrepreneurs sont allés rencontrer les élèves afin qu’ils puissent échanger sur leur expérience entrepreneuriale.

Confection et motivation

Le Courrier Sud a eu la chance d’être présent lors d’une séance de fabrication de bombes de bains en mars dernier, et la fébrilité était à son comble chez les élèves, plus qu’heureux de participer activement à l’entreprise.

« J’aime ça, une entreprise de bombes de bain!, lance joyeusement Joève. C’est le fun, et j’aime les couleurs que mon équipe fait. Je trouve aussi que ça sent bon. On a mis plus de senteurs, parce qu’avant elles ne sentaient pas beaucoup », dit-elle.

Assise à sa table de la cafétéria, elle attendait patiemment son coéquipier qui devait revenir avec les ingrédients. Aujourd’hui, sa tâche était de mettre le mélange dans les moules. « On le met dans un moule et après on doit les écraser. Et c’est un à la fois, sinon les autres vont sécher et ils ne seront pas parfaits! », explique Joève.

Les quelques périodes consacrées à la fabrication de bombes de bain se sont déroulées à la première période de l’après-midi, permettant ainsi aux bombes de sécher toute la nuit avant d’être démoulées. « Le lendemain, lorsqu’ils font leurs travaux, ceux qui terminent plus rapidement vont se chercher un moule pour démouler les bombes de bain! », explique Mme Cindy.

Une expérience à recommencer!

Cindy Houle-Doucet a déjà mentionné son intention de retenter l’expérience des bombes de bain l’an prochain avec son nouveau groupe d’élèves. Il y aura peut-être la possibilité de sélectionner sa fragrance, car cette année elles étaient toutes à l’orange, et elle pense également à élargir sa gamme de produits en ajoutant les sels de bain.

Ainsi, tout le monde mettra la main à la pâte pour revitaliser le parc-école de l’école Tournesol. « Ça fait super longtemps que les modules sont là et l’asphalte se défait en morceaux. Les élèves s’en lancent quand ils ne savent pas quoi faire, c’est dangereux! Également, du côté du 3e cycle, il n’y a absolument rien pour qu’ils s’occupent. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est de jaser », déplore l’enseignante.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires