Les chevaliers du houblon

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Les chevaliers du houblon
Érik Goudreault et son associé Francis Dion. (Photo : (Photo courtoisie))

BÉCANCOUR.  Érik Goudreault et son associé Francis Dion brassent des affaires ensemble depuis trois ans. Ces affaires, ce ne sont pas de la petite bière. Au contraire: ce sont… de grandes bières, justement!

Ils ont fondé l’entreprise Excalibière, dont le siège social est à Sainte-Gertrude. Avant les Fêtes, ils ont lancé leurs deux premières bières: Tout est de ta faute (une blanche à la clémentine) et Rêve d’échouer (une NEIPA milkshake à l’ananas). À la fin de février, une rousse arrivera sur les tablettes suivie, en avril, d’une bière choco-framboise.

« Ça fait trois ans qu’on brasse maison. Il nous est venu des idées de grandeur, alors on a décidé de mettre nos produits en marché! C’est un projet en quatre étapes », explique Érik Goudreault, qui travaille maintenant à temps plein sur ce projet.

La première étape consistait à trouver un sous-traitant pour brasser leurs recettes et un distributeur pour amener le produit final sur les tablettes du Québec. C’est chose faite. Depuis la première brasse, en novembre dernier, environ 4800 canettes ont été produites.

La deuxième étape sera d’avoir pignon sur rue à Sainte-Gertrude. « On veut aménager un salon de dégustation », souligne M. Goudreault. Les promoteurs lorgnent comme local l’ancien garage Désilets, situé sur le boulevard Industriel. « On travaillera avec le propriétaire pour l’aménager et le mettre aux normes. C’est un vieux local abandonné depuis une trentaine d’années. » 

Dans un monde idéal, l’aménagement commencerait au printemps 2023, mais « on n’a pas d’échéancier », précise Érik Goudreault. « On regarde un peu ce qui arrive avec la pandémie et les restrictions. »

La troisième étape consisterait à brasser des bières au salon. Cette production serait destinée à la consommation sur place uniquement. L’entreprise continuerait à faire brasser ses produits destinés à la distribution par son sous-traitant.

Puis, en quatrième et ultime étape, toute la production et la distribution serait rapatriée à Sainte-Gertrude. En parallèle, un projet agrotouristique serait déployé. « C’est un peu ce qui nous a amenés à Sainte-Gertrude », révèle M. Goudreault. « On a rencontré du monde d’ici. [On voit] un projet un peu plus gros pour le village que juste une microbrasserie. » 

Les détails ne sont pas encore attachés, mais parmi les partenaires potentiels se trouverait la ferme Le Serment d’Hippocrate, évoque M. Goudreault. « Il y a une plantation de houblon et on pensait y planter de l’orge, faire des visite de fins de semaine, organiser des événements bière/café. Ça reste à voir. »

C’est « à coup de deux ans » qu’Érik Goudreault et Francis Dion entendent mener à bien chacune des étapes de leur projet. « Ça pourrait se faire plus vite si nos performances sont bonnes et qu’on a une bonne vélocité de ventes », note cependant M. Goudreault.

Philosophie

Les deux comparses ont dans leur manche une trentaine de recettes prêtes à être adaptées et brassées. « Dans la bière, la seule frontière, c’est l’imagination. Alors il pourrait y en avoir d’autres! », souligne M. Goudreault. 

Pour se distinguer, les fondateurs d’Excalibière ont inculqué à leur entreprise un volet « croissance personnelle ». Des messages positifs, se voulant aussi inspirants, sont livrés sur toutes leurs plateformes, y compris leurs canettes. Sur leur site web, ils se positionnent ainsi: « On vous inspire à devenir le Roi de votre vie ». Ils ajoutent un peu plus loin: « La légende est en vous, éveillez-la. Et quoi de mieux qu’un divin nectar houblonné pour vous inonder du courage nécessaire à la traversée de cette épopée! ».

 « On veut améliorer la vision des gens; les tourner vers les opportunités et non vers les problèmes, résume Érik Goudreault. Je trouve ça inconcevable que des gens marinent dans l’insatisfaction et qu’ils rejettent la faute sur le gouvernement et sur Pierre-Jean-Jacques sans jamais passer à l’action. On passe par le moyen d’évasion pour responsabiliser les gens. » 

Chaque produit transmet un message au consommateur. La NEIPA Rêve d’échouer porte celui-ci: « Fais de tes échecs un escalier et non pas un chemin de croix ». La blanche Tout est de ta faute livre celui-là: « Prends tes responsabilités, assume ton présent afin de créer ton avenir désiré ».

Les associés ont investi environ 30 000$ pour démarrer leur aventure entrepreneuriale.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires