Le Hangar d’Elzéar: pour briser l’isolement des hommes

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Le Hangar d’Elzéar: pour briser l’isolement des hommes
Isabelle Bombardier, directrice générale du CAB de Nicolet, Angéline Le Sage, chargée de projet, communication et philanthropie au CAB de Nicolet, et Jean-Guy Proulx, bénévole responsable au Hangar d'Elzéar. (Photo : Stéphanie Paradis)

NICOLET.  Après plusieurs années de travail acharné, le Centre d’action bénévole (CAB) de Nicolet ouvre enfin les portes du Hangard d’Elzéar, un atelier d’ébénisterie communautaire. Son objectif : briser l’isolement des hommes de plus de 50 ans dans un contexte convivial où chacun peut travailler le bois pour des projets personnels ou collectifs. Une quinzaine de personnes ont déjà commencé à profiter régulièrement de l’atelier!

Les locaux du Hangar sont situés en plein cœur du centre-ville de Nicolet, sur la rue Notre-Dame. Avec un atelier d’ébénisterie bien équipé, un coin café et une salle multifonction accueillante avec une touche rétro, tout a été mis en place pour répondre aux besoins des passionnés de bois. Le café-atelier Le Hangar d’Elzéar souhaite offrir une ambiance conviviale et fraternelle, un peu comme le garage du beau-frère chez qui on va travailler le bois un après-midi!

« Notre équipe de bénévoles a travaillé fort dans les derniers mois pour préparer les locaux du Hangar d’Elzéar. L’aménagement était en fait le premier projet collectif du Hangar et cela a permis aux bénévoles de tester les outils et la disposition de l’équipement, tout en créant des liens », explique Angéline Le Sage, chargée de projet, communication et philanthropie au CAB de Nicolet.

Le projet cible les hommes qui ont des intérêts manuels, mais qui n’ont pas tous les outils ou l’espace pour faire des projets, mais aussi les hommes qui souhaitent tout simplement créer des liens. « Tout le monde est bienvenu, peu importe son niveau d’expérience. Dans notre équipe de bénévoles, nous avons des hommes qui se cherchaient un nouveau projet pendant leur retraite, d’autres qui souhaitaient transmettre leur savoir, et d’autres qui ont déjà tous les outils à leur domicile, mais qui préfèrent venir travailler au Hangar pour pouvoir jaser », ajoute Mme Le Sage.

Ce principe est inspiré des Men’s Shed qu’on retrouve un peu partout dans le monde, dont l’Australie, l’Irlande et un peu partout au Canada. Il en existe quelques-uns au Québec, notamment à Rivière-du-Loup et à Saint-Félicien. « On est d’ailleurs allées visiter le Café Madriers à Saint-Félicien pour voir un peu comment ça avait été mis en place », mentionne la directrice du CAB de Nicolet, Isabelle Bombardier.

Un atelier polyvalent

Un plus d’offrir un lieu où les hommes peuvent faire leurs projets personnels, plusieurs projets collectifs seront mis sur pied, par exemple des commandes pour une organisation ou des initiatives des bénévoles du Hangar. Ces projets permettent aux hommes de s’impliquer dans la communauté à travers des projets qu’ils n’auraient pas l’occasion de faire individuellement.

Pour les projets collectifs, le bois est fourni et tous les profits qui seront engendrés seront réinvestis directement dans l’atelier, notamment pour de l’achat d’équipement, des réparations ou défrayer le fonctionnement.

Le projet a aussi un volet d’éducation et de transmission du savoir. Chaque dernier vendredi du mois, les bénévoles offriront un atelier d’initiation au travail du bois. Ces ateliers seront accessibles à tous. Pour l’instant, un atelier de dessin de meuble, un atelier sur les essences de bois ainsi qu’un atelier sur les assemblages traditionnels sont prévus.

« Sur notre territoire, il n’existe pas de service conçu spécifiquement pour les hommes, alors qu’il existe plusieurs services exclusivement offerts aux femmes. L’objectif n’est pas d’exclure les femmes ou les plus jeunes, mais plutôt d’offrir un service qui répondra aux besoins spécifiques des hommes. Ainsi, les lundis et les mardis, les locaux seront réservés aux hommes de 50 ans et plus, mais les vendredis seront ouverts à l’ensemble de la population », mentionne Isabelle Bombardier.

« On se rend compte que souvent, les femmes, on va aller prendre un petit café et jaser, alors que les hommes ont souvent plus l’esprit de camaraderie et l’envie de jaser quand ils font autre chose en même temps », observe Mme Bombardier.

Comment participer aux projets du Hangar d’Elzéar? Rien de plus simple! Il suffit de se présenter à l’atelier où un bénévole sera sur place pour accompagner les nouveaux venus. « Même si vous n’avez pas de projets en tête, mais que vous avez envie d’en savoir plus ou de vous impliquer, venez nous rencontrer, nous aurons plusieurs projets collectifs intéressants dans les prochains mois », lance Jean-Guy Proulx, bénévole responsable au Hangar d’Elzéar et membre du conseil d’administration du CAB de Nicolet.

L’horaire de la programmation et des ateliers sont disponibles sur la page Facebook du Hangar d’Elzéar.

Qui est Elzéar?

« Elzéar, c’est mon grand-père!, révèle Isabelle Bombardier. Elzéar Depont habitait ici à Nicolet. Il était menuisier-charpentier, donc ça m’a tout de suite inspirée. Il travaillait le bois et ses garçons ont suivi ses traces. J’imagine encore la petite shed dans le fond de la cour chez ma grand-mère! »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marie Caron
Marie Caron
13 jours

Bravo pour ce beau projet, je suis vraiment contente de voir que les femmes sont acceptées le vendredi car c’est mon rêve d’apprendre la menuiserie dans un endroit convivial et de camaraderie comme si j’irais chez mon oncle!

Marie Caron
Marie Caron
13 jours
Répondre à  Marie Caron

Oups .., si j’allais…