La tournée des centenaires du 350e : célébrer l’histoire et la mémoire collective

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
La tournée des centenaires du 350<sup>e</sup> : célébrer l’histoire et la mémoire collective
Jules Durand, Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet, et Rémi Raîche. (Photo : Stéphanie Paradis)

NICOLET.  La mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, a profité du 350e anniversaire de Nicolet pour lancer une tournée des Nicolétaines et Nicolétains centenaires sur son territoire. Celle-ci aura le plaisir, d’ici la fin de l’année, de visiter l’ensemble des résidences pour personnes âgées de Nicolet pour aller à la rencontre des citoyens qui ont atteint ou dépassé le cap des 100 ans.

« Cette année, nous célébrons l’histoire. C’est un honneur pour le conseil municipal de remettre des certificats de reconnaissance afin d’honorer leur implication dans notre communauté. Pour la personne qui a 100 ans, c’est aussi d’être celui qui a été témoin des grands changements des deux derniers siècles, mais parfois l’acteur de ceux-ci. Pour cela, nous leur disons merci », souligne la première magistrate.

La tournée a débuté avec la résidence Saint-Joseph ainsi que le Havre du Faubourg, ce jeudi 10 novembre. Lors de ces visites, Mme Dubois a remis un certificat honorifique à Jules Durand et Rémi Raîche, qui ont tous deux 102 ans.

Le passage de la mairesse au Havre du Faubourg concordait avec l’inauguration de l’exposition sur les trois catastrophes de 1955, mise sur pied par le résident Claude Girard. M. Girard a profité de l’occasion pour remettre officiellement le fruit de ses recherches à la Ville de Nicolet, ainsi que le livre Histoire de Nicolet 1669-1924, rédigé par Joseph-Elzéar Bellemare, un des seuls exemplaires encore existants.

L’exposition de M. Girard est constituée de 92 grandes photos plastifiées et de 22 documents explicatifs sur l’histoire de Nicolet avant 1955 ainsi que sur les trois catastrophes de cette année charnière, soit l’incendie du 21 mars, le glissement de terrain du 12 novembre ainsi que l’incendie de l’orphelinat des Sœurs grises du 31 décembre.

Lors de l’inauguration, une dizaine de Nicolétains et Nicolétaines ayant vécu de près l’une ou l’autre de ces catastrophes étaient présents afin d’échanger avec les visiteurs sur leur expérience. Gisèle et Georges Biron étaient présents, eux qui ont perdu pendant de longues heures leur bébé dans les décombres du glissement de terrain. Le couple a à l’époque perdu tous ses biens, sa maison et soncommerce, mais heureusement, son fils a été retrouvé sain et sauf.

Raymond Proulx a également une histoire bouleversante reliée à l’éboulis du 12 novembre. Alors qu’il allait reconduire le Frère Herménégilde à l’Académie commerciale, il a quitté les lieux avant d’y revenir 10 minutes plus tard. Entre temps, l’Académie avait disparu dans le glissement de terrain, emportant le Frère Herménégilde, l’une des victimes du tragique événement.

« En regardant l’exposition, nous sommes transportés dans le temps et nous pouvons mieux comprendre pourquoi notre communauté s’est forgée dans la résilience et l’esprit de solidarité », souligne Geneviève Dubois.

« Cette exposition est une belle façon de souligner les événements du passé, mais l’occasion est belle pour reconnaitre ces hommes et ses femmes qui les ont vécus », ajoute-t-elle.

Le Havre du Faubourg accueillera les visiteurs les 11 et 12 novembre de 10h à 20h, et le 13 novembre de 10h à 17h, à la salle Paul-Beaumier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires