Enjeux régionaux: la Table des MRC aurait souhaité des engagements plus fermes

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Enjeux régionaux: la Table des MRC aurait souhaité des engagements plus fermes
Antoine Tardif, maire de Victoriaville, Geneviève Dubois, présidente de la Table des MRC du Centre-du-Québec, préfète de la MRC de Nicolet-Yamaska et mairesse de Nicolet, et Lucie Allard, préfète suppléante de la MRC de Bécancour et mairesse de Bécancour. (Photo : Stéphanie Paradis)

RÉGIONAL. Les membres de la Tables des MRC du Centre-du-Québec auraient souhaité des engagements plus fermes des partis politiques à propos des trois enjeux prioritaires régionaux soumis à leur attention le 7 septembre dernier.

Ces trois enjeux touchaient à l’économie, le cellulaire et la santé. Plus précisément, les membres de la Table demandaient la création d’un fonds dédié à l’économie et à la prospérité durables pour être en mesure de relever les défis qu’entraineront les 4 G$ d’investissements à venir. Ils demandaient aussi la désignation du Centre-du-Québec comme région pilote afin d’en faire la première région entièrement branchée au Québec ainsi que la tenue d’un sommet régional sur la santé pour améliorer les soins de proximité et identifier les services à décentraliser.

Ils ont demandé aux partis de leur fournir des réponses par écrit pour chacun de ces enjeux avec l’intention de les rendre publiques avant le scrutin.

C’est maintenant chose faite. Les réponses obtenues ont été qualifiées d’«honnêtes» par les membres de la tables. Ils constatent que tous les partis politiques proposent des actions pour répondre à leurs demandes, mais que tous ne s’engagent

cependant pas avec la même détermination.

Par exemple, la Coalition avenir Québec, le Parti libéral du Québec et le Parti Québécois répondent favorablement à l’ensemble des demandes des élus du Centre-du-Québec, mais s’abstiennent de s’engager formellement. Le Parti conservateur du Québec répond positivement à deux des trois demandes (il ne prévoit pas la création d’un nouveau fonds dédié à l’économie et à la prosptérité durables, mais privilégie plutôt la bonification du Fonds régions et ruralité) alors que Québec Solidaire est le seul parti à s’engager expressément à réaliser les trois.

«Bien que nous aurions souhaité des engagements plus fermes, les réponses des  partis sont honnêtes», affirme la présidente de la Table des MRC du Centre-du-Québec et préfète de la MRC de Nicolet-Yamaska, Geneviève Dubois, en rappelant que ces trois enjeux sont issus d’un consensus régional des élus des 5 MRC de la région. «Les partis reconnaissent le travail des élus et sont prêts à soutenir les acteurs locaux et régionaux et à les appuyer pour faire face aux défis des prochaines années. C’est toute la population de la région qui en sera gagnante.»

«Pour les MRC de Nicolet-Yamaska et Bécancour, les solutions proposées pour soutenir la région à relever les défis qu’entraineront les 4 G$ d’investissements projetés sont encourageantes compte tenu de l’envergure de la tâche», ajoute la préfète suppléante de la MRC de Bécancour et mairesse de Bécancour, Lucie Allard.  «Inévitablement, nous aurons besoin de ressources pour appuyer le développement exceptionnel que vivra le Centre-du-Québec dans les prochaines années. Nous souhaitons pouvoir compter sur le soutien du prochain gouvernement du Québec pour répondre aux attentes de la population.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires