Du yoga à la ferme

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Du yoga à la ferme
Émilie Perreault-Imbeault, instructrice de yoga, et Maude Bellerive, copropriétaire de Ferme La. (Photo : Stéphanie Paradis)

BÉCANCOUR.  Maude Bellerive et Émilie Perreault-Imbeault cumulent les petits et grands projets ensemble. La première est copropriétaire de la Ferme La, une ferme écoresponsable de Bécancour, alors que la deuxième est instructrice de yoga. Sans le savoir, le yoga et la ferme allaient fusionner à la perfection alors que les salutations au soleil rencontrent le pâturage.

Du début de l’été jusqu’à la fin du mois de septembre, ce sont sept événements de yoga qui se tiendront à la Ferme La. Chacune des séances aura pour thème l’un des sept chakras et sera associée à un thème de la ferme.

Lors de la première séance, le parallèle a été fait entre les activités liées à la terre et le chakra racine. « On a beaucoup parlé de ce qu’on fait pour que nos champs poussent bien. On fait attention à la terre et on utilise très peu de machinerie », explique Maude.

À la deuxième séance, à laquelle un peu plus d’une trentaine de personnes ont assisté, a été une véritable expérience en soi, car le yoga s’est déroulé en plein champ, parmi les vaches, afin d’explorer le chakra sacré. « Les vaches sont vraiment relax. Elles sont maternelles et elles suivent leur instinct », mentionnent les deux femmes.

Le 13 juillet dernier a mis en valeur le chakra du plexus solaire lors d’une séance dans le pâturage forestier où s’installeront sous peu les cochons de la ferme. « C’est un chakra qui est dans l’action, comme le cochon! Il mange et il laboure! », lance Émilie.

La prochaine séance de yoga à la Ferme La se déroulera le 28 juillet à 18h. Pour plus d’informations ou pour s’inscrire, il suffit de consulter la page Facebook de l’entreprise.

Utiliser son emplacement à bon escient!

Bien plus que de se servir de la ferme pour accueillir les amateurs de yoga, il s’agit d’une occasion en or pour Maude Bellerive de faire découvrir sa ferme et ses façons de faire.

« Je voulais saisir cette chance d’informer les gens sur ce qu’on fait et comment on le fait, et expliquer que ce ne sont pas toutes les fermes qui sont polluantes ou nocives pour l’environnement. L’agriculture peut être différente », insiste Maude.

« Les gens qui viennent veulent prendre soin d’eux par le yoga, par exemple, alors c’est l’occasion d’expliquer que ce ne sont pas toutes les viandes qui ne sont pas bonnes pour la santé. On va un peu à l’encontre du végétarisme et du végétalisme qui gagne en popularité », ajoute-t-elle.

D’ailleurs, les séances de yoga sont accompagnées d’un avant ou d’un après-yoga qui permet aux visiteurs de découvrir leurs partenaires. La Ferme La fait notamment affaire avec le Quai des brasseurs, car elle utilise ses drêches pour nourrir ses vaches. À la deuxième séance, Maude et Émilie ont servi des bières du Quai des brasseurs ainsi que des charcuteries afin de faire déguster leur viande de bœuf.

Lors de la séance sur le chakra du plexus solaire, ce sont les cochons qui ont eu le droit à une visite lors de l’avant-yoga! À ce moment, Maude a nourri les cochons avec les déchets de préparation de légumes et de fruits de la Maison de Bibi et du Manoir Bécancourt. Un principe d’économie circulaire, car les déchets des uns font le bonheur des autres!

« C’était rendu un gros problème à la Maison de Bibi, c’était rendu très compliqué de disposer des déchets de préparation, comme les pelures de melon ou de patates. Depuis qu’on fait ça, elle n’a presque plus de déchets à gérer et pour nous, c’est une gâterie pour nos cochons! Ils sont bien gras et bien nourris! », raconte Maude.

Authenticité, qualité, liberté

Maude Bellerive est enseignante, Jean-Philippe Cormier est ingénieur, mais tous deux éleveurs de saveurs. Ils partagent le désir et la passion de l’agriculture, mais pas n’importe comment. Celle qui se fait dans un souci d’écoresponsabilité, où règne un fort esprit de communauté et où le respect occupe une place de choix.

L’entreprise Ferme La a tout d’abord commencé par un jeune couple qui souhaitait subvenir à ses besoins alimentaires. Maude et Jean-Philippe se sont donc procuré quelques vaches, quelques poules, quelques cochons. Ils ont ensuite commencé à partager leurs viandes avec leur famille, leurs amis… « C’était rendu des inconnus qui venaient frapper à notre porte pour acheter notre viande! », lance Maude. C’est comme ça qu’ils se sont rendu compte qu’ils avaient entre les mains quelque chose de précieux.

À la Ferme La, les vaches sont en liberté, jamais restreintes, tout comme les poules. La nuit, c’est leur chien qui dort avec elles pour les protéger des prédateurs. Les cochons, ils vivent dans un pâturage « forestier », comme se plait à l’appeler Maude, ce qui leur permet de creuser pour déterrer des racines, par exemple. À la Ferme La, on souhaite que les animaux puissent vivre en écoutant à leur instinct, tout en répondant à leurs besoins.

Tout comme les animaux et les terres sont respectés, la relation avec les voisins est également extrêmement importante. Ils reçoivent souvent des remerciements, d’ailleurs! « Quand on épand notre thé de compost, on avertit les voisins, mais ils nous disent qu’ils gardent les fenêtres ouvertes, parce que notre ferme ne dégage aucune odeur! », raconte Maude.

Jean-Philippe avoue que dans son travail, il cherche se consacrer en partie à la réconciliation entre les consommateurs et les agriculteurs. « Les gens sont souvent impatients sur la route derrière un tracteur. Pourtant, c’est un agriculteur qui va nourrir ses animaux pour ensuite TE nourrir », se désole Maude.

Cet esprit de communauté se traduit encore plus loin dans leur mode de vie, car leur maison a été adaptée afin d’accueillir une seconde famille. Elle comprend des aires communes et des espaces réservés à leur intimité, et tout le monde met la main à la pâte, que ce soit à la maison ou à la ferme, ce qui est bien commode avec de jeunes enfants!

Sur leur terre, le couple vient également d’aménager une serre qu’ils souhaiteraient  « louer », en échange de quelques légumes pour leurs clients, à un maraicher qui se lance dans le milieu. Une aide qui, selon Maude, pourrait s’avérer précieuse, étant donné le prix élevé des terres.

Et tous ces exemples ne sont qu’une parcelle de ce qu’est concrètement la Ferme La et par lesquels se traduit leurs valeurs : Authenticité, qualité, liberté.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires