Bécancour accueille un pôle de formation collégiale

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Bécancour accueille un pôle de formation collégiale
Sylvie Norris, directrice du Service de formation continue au Cégep de Victoriaville, Denis Deschamps, directeur général du Cégep de Victoriaville, Lucie Allard, mairesse de Bécancour, Pierre Leblanc, directeur général du Cégep de Drummondville, et Lucie Marchessault, directrice du Service de formation continue au Cégep de Drummondville. (Photo : (Photo Marie-Eve Veillette))

BÉCANCOUR. Les cégeps de Victoriaville et de Drummondville unissent leurs efforts pour créer un pôle de formation collégiale à Bécancour. Ce pôle vise à répondre rapidement et efficacement aux besoins de formation de main-d’œuvre qu’engendre le développement de la Filière batteries au Parc industriel et portuaire de Bécancour.

Par exemple, deux nouvelles attestations d’études collégiales (AEC) sont en cours d’élaboration par les services de formation continue des deux cégeps, qui sont les seuls établissements collégiaux autorisés à offrir de la formation continue créditée sur le territoire des MRC de Bécancour et de Nicolet-Yamaska.

Ils prévoient toutefois s’adjoindre à d’autres acteurs du réseau de l’éducation (cégeps de Shawinigan et Trois-Rivières, UQTR, Centre de services scolaire, etc.). « On souhaite les impliquer dans cette immensément grande aventure que sera notre réponse collective aux besoins de formation sur le territoire de Bécancour », partage Pierre Leblanc, directeur général du cégep de Drummondville.

» On se donne jusqu’au 15 janvier pour arriver avec une offre de formation concrète, claire et précise qui implique tous les partenaires « , renchérit Denis Deschamps, directeur général du cégep de Victoriaville.

Dans un premier temps, les nouveaux programmes seront en adéquation avec les besoins des entreprises du secteur industriel. Ils incluront des spécialisations en instrumentation, automatisation et contrôle, ainsi qu’en analyse chimique du lithium. On parle de formation d’une durée d’un an ou un an et demi.

Par la suite, l’offre sera bonifiée, avec comme objectif de développer des programmes à vocation plus générale pour aussi répondre aux besoins sociaux d’une population grandissante: AEC Techniques d’éducation à l’enfance, Agent en support à la gestion des ressources humaines, Soutien administratif et bureautique, Développement et mobilisation des communautés locales et plus encore. « Ma vision, quand je me projette dans un futur rapproché, c’est d’avoir un véritable campus collégial à Bécancour », lance M. Leblanc.

Il est effectivement prévu qu’un centre de formation permanent ait pignon sur rue à Bécancour pour pouvoir offrir les cours sur place. Les institutions collégiales sont d’ailleurs activement à la recherche de locaux, avec le soutien de la Ville de Bécancour et la Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour.

Les premières formations devraient être offertes dès l’hiver 2023, ou au plus tard à l’automne 2023.

Du financement devrait suivre des différentes instances gouvernementales pour faciliter le développement du projet. « Investissement Québec souhaite que l’implantation de la Filière batteries soit une réussite », rappelle la mairesse de Bécancour Lucie Allard. « On n’est pas en mode attente. Ce pôle de formation collégiale, c’est une très belle nouvelle pour notre ville, pour la MRC et pour la région. »

Les deux cégeps du Centre-du-Québec planchent sur le projet depuis quelques mois déjà. « On a dégagé des enseignants pour travailler sur le développement des nouvelles AEC et des rencontres ont déjà eu lieu avec des entreprise pour définir les besoins. Ça avance », souligne en terminant Sylvie Norris, directrice du Service de formation continue au cégep de Victoriaville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires