ABI : Toujours l’impasse

Photo de Stéphane Lévesque
Par Stéphane Lévesque
ABI : Toujours l’impasse
Le président de la section locale 9700 des Métallos, Clément Masse. (Photo : Marie-Eve Alarie)

TRAVAIL. La direction de l’Aluminerie de Bécancour (ABI) vient d’informer le syndicat des Métallos que sa contre-offre du 21 mars pour une nouvelle convention collective n’était pas acceptée. Le syndicat des Métallos réagit négativement.

Selon les dirigeants de l’entreprise de Bécancour, la proposition du syndicat ne répondrait pas, selon les termes de l’employeur, «aux cinq éléments clés nécessaires à l’amélioration de l’aluminerie à long terme», soit la réorganisation du travail, la stabilité de la main-d’œuvre, l’absentéisme, les activités syndicales et le régime de retraite. Ainsi, toujours selon l’ABI, la contre-offre maintiendrait «une organisation du travail obsolète et inefficace».

Le syndicat des Métallos n’a pas tardé à réagir. «La compagnie s’est présentée à la rencontre le torse bombé par les récentes déclarations inappropriées du premier ministre, qui a pris parti contre les syndiqués. Résultat, ABI n’a pas daigné répondre à la contre-proposition syndicale qui comportait plusieurs compromis et a refusé une reprise des négociations en bonne et due forme. Pire, elle laisse planer la menace d’un arrêt de la dernière série de cuves. Les interventions déplacées du premier ministre ont mis de l’huile sur le feu et nuit à la résolution du conflit», explique le président de la section locale 9700 des Métallos, Clément Masse.

Rappelons que le 4 mars 2019, ABI a présenté une offre que les travailleurs syndiqués ont rejetée sept jours plus tard  à 82%. Le syndicat a présenté sa contre-offre le 21 mars. Contre-offre qui vient d’être refusée. C’est donc dire qu’après plus de 15 mois de conflit, l’impasse se poursuit.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des