50 ans et plus: bouger ensemble à distance

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
50 ans et plus: bouger ensemble à distance
Le Nicolétain Julien Brisebois créera dix capsules sportives pour faire bouger les ainés. (Photo : Facebook)

SAINT-ZÉPHIRIN-DE-COURVAL. Julien Brisebois a reçu le mandat de faire bouger les personnes de 50 ans et plus des municipalités de Baie-du-Febvre et de Saint-Zéphirin-de-Courval. Souvent plus isolées que les autres tranches d’âge en ce temps de confinement, les personnes inscrites auront accès gratuitement à 10 capsules d’une durée de 45 minutes, soit une par semaine pendant 10 semaines, afin de s’activer dans leur maison et d’échanger avec les autres participants. La première capsule sera disponible le 15 février 2021.

Cette initiative des deux Municipalités amies des ainées (MADA) a été rendue possible grâce à un financement de Loisir Sport Centre-du-Québec. «Avec le confinement, on voyait que les possibilités de loisir et d’être actifs étaient de moins en moins présentes, surtout avec l’hiver qui rend les sorties un petit peu plus difficiles», explique Marie-Noëlle Lavertu, agente d’animation et de soutien à la communauté de Saint-Zéphirin-de-Courval.

L’objectif derrière le projet est de créer une occasion de bouger à la maison, dans un contexte rassembleur. Ainsi, en plus des capsules d’entrainement, les participants pourront commenter les vidéos sur la page Facebook, échanger entre eux afin de s’encourager et discuter avec Julien Brisebois, kinésiologue et entraineur privé responsable d’activer et de soutenir les participants.

«Le gouvernement rappelle constamment que les gens de plus de 65 ans doivent cesser les contacts. Ils ne peuvent plus jouer à la pétanque à la FADOQ, les activités sociales sont plus limitées. Souvent, ce sont des personnes retraitées qui ne peuvent pas avoir un minimum de contacts comme les plus jeunes qui doivent encore sortir pour le travail», soutient Mme Lavertu.

Participer à son progrès, mais également aux progrès des autres

Les 10 capsules du kinésiologue Julien Brisebois, originaire de Nicolet, contiendront des suggestions d’exercices pour une séance complète, comprenant entre autres un échauffement et des étirements, et adaptée à différents niveaux de condition physique. «L’idée est d’offrir des exercices avec des variantes qui sont parfois plus faciles, parfois plus difficiles, pour que ça convienne à tout le monde, en n’oubliant pas que ça s’adresse à des personnes de 50 ans et plus», explique le Nicolétain.

M. Brisebois proposera notamment des variantes des mêmes exercices, par exemple pour les rendre à faible impact. Ce dernier invitera d’ailleurs les participants à écouter leurs limites personnelles, tout en les encourageant.

En plus d’être gratuit pour les participants, un minimum d’équipement est requis pour bouger sur les capsules de l’entraineur. Il suffit d’un peu d’espace, d’une serviette, ou encore d’une chaise et de boites de conserve pour varier la difficulté de certains exercices.

La belle mission du kinésiologue

Julien Brisebois est kinésiologue depuis une quinzaine d’années. Soucieux de la santé physique et mentale collective, il s’est donné comme noble mission d’encourager les bonnes habitudes de vie en offrant du soutien et une ressource professionnelle afin d’encadrer et de structurer les gens dans l’atteinte de saines habitudes de vie. «Ça fait des décennies qu’on entend que le taux d’obésité monte, tout comme le taux de maladies chroniques, à cause de la sédentarité, que ce soit à dû au train-train quotidien qui nous submerge ou au manque de temps», illustre-t-il.

Le kinésiologue a principalement œuvré au sein de centres de conditionnement physique, mais l’arrivée de la pandémie a entrainé également de nombreuses restrictions au métier de kinésiologue. Il ne peut notamment pas travailler dans une salle d’entrainement dans un contexte de loisir. Cette situation a amené l’entraineur à réinventer son métier afin de continuer d’atteindre le plus de gens possible, tout en faisant ses interventions à partir de son domicile.

«Avec la fermeture des gyms, l’accessibilité réduite à l’équipement en général et les gens qui avaient besoin d’options pour bouger à la maison, l’idée m’est venue de développer l’esprit de communauté et le sentiment d’appartenance entre collègues. Ainsi, les gens qui font partie d’une même entreprise ou d’une même municipalité peuvent obtenir des services à distance et une certaine proximité avec un kinésiologue, dans un contexte rassembleur», dit-il.

Ainsi, le service que Julien Brisebois offre aux entreprises est un peu le même principe que celui qui sera offert aux municipalités de Baie-du-Febvre et de Saint-Zéphirin. Toutes les deux semaines, l’entraineur et kinésiologue offre deux vidéos, une de niveau débutant/intermédiaire, et une seconde de niveau intermédiaire/avancé.

M. Brisebois a d’ailleurs reçu une réponse très positive de la part des entreprises. «Je pense que toutes les entreprises veulent offrir ce qu’elles peuvent à leurs employés pour essayer d’améliorer leur santé et leur qualité de vie. Il y a un petit côté « team building » également à travers ça», conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires