Le printemps arrive au Musée des Abénakis avec deux nouvelles expositions


Publié le 16 mars 2017

Deux nouvelles expositions sont actuellement présentées au Musée des Abénakis d'Odanak.

©(Photo gracieuseté)

Le Musée des Abénakis propose deux nouvelles expositions temporaires à voir et à réfléchir pour le printemps 2017.

Miroir d’un peuple, l’œuvre et l’héritage de Zacharie Vincent

Cette exposition, réalisée par le Musée huron-wendat, situé à Wendake, pose un regard nouveau sur Zacharie Vincent, le premier wendat à avoir exploré l’art contemporain. Au cours de son existence, l’artiste autodidacte a réalisé plusieurs centaines d'œuvres, notamment des paysages, des scènes du quotidien, des autoportraits et des photographies. La valeur artistique et patrimoniale de ses productions repose notamment sur le fait que Zacharie Vincent soit parmi l’un des premiers artistes autochtones à s’être exprimé grâce à la peinture, un médium qu’il a adapté aux éléments symboliques et géopolitiques de sa culture. Pour l’artiste-peintre, ses œuvres permettent également d'établir un dialogue avec le public, afin de combler la mécompréhension de la réalité autochtone, mais aussi de mettre à l’honneur la capacité d'adaptation et de résilience des Wendat.

Cette exposition permet également à des artistes comme Ludovic Boney, France Gros-Louis Morin, Sylvie Paré, Francine Picard, Manon Sioui et Pierre Sioui, la création d’œuvres contemporaines dont les démarches s’inscrivent dans l’héritage idéologique et stratégique de Zacharie Vincent, ou qui s’en sont inspirés.

Reprendre le portage

Avec son exposition, l'artiste ilnue Sarah Cleary met ses origines autochtones au cœur de sa démarche artistique et reflète ainsi une réelle ouverture sur le monde. À travers des peintures et des installations, l’artiste nous invite à explorer un univers sacré qui puise son essence même dans la tradition et le bagage culturel que sa Nation et ses ancêtres lui ont transmis. Pour l’artiste, la notion de «portage» prend une tout autre signification dans cette exposition puisque pour elle, reprendre le portage exprime plutôt son engagement à assurer le maintien des traditions de sa Nation et de sa famille à sa réalité actuelle.