Un premier plateau de travail de «La carotte joyeuse»

Joanie Mailhot joanie.mailhot@tc.tc
Publié le 5 juin 2014
La chargée de projet Marie-Hélène Laliberté-Rock et Lysanne Godin, intervenante en employabilité.
Photo TC Media - Joanie Mailhot

ALIMENTATION. «La carotte joyeuse» est un projet de transformation alimentaire visant la lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale sur le territoire de la MRC Nicolet-Yamaska par la mise en place de plateaux de travail en transformation alimentaire (insertion sociale et à l’emploi) et par la distribution des denrées transformées aux organismes en sécurité alimentaire (lutte à la pauvreté).

«La carotte joyeuse souhaite devenir une ressource reconnue au service de la communauté visant d'une part à favoriser la variété et la qualité de l’offre alimentaire des organismes œuvrant en sécurité alimentaire et, d'autre part, à améliorer l’employabilité des gens par la mise en place de plateaux de travail en transformation alimentaire», explique d'entrée de jeu la chargée de projet, Marie-Hélène Laliberté-Rock.

«Ce projet défend des valeurs d'entraide, de collaboration, d'intérêt collectif et de justice sociale, ajoute-t-elle. Les buts que nous souhaitons atteindre avec La carotte joyeuse sont de favoriser le développement de l’employabilité, favoriser la persévérance scolaire et répondre à un besoin de main d’œuvre.»

En y réfléchissant, l'idée est ingénieuse. D'un côté, les producteurs ont beaucoup de denrées produites qui ne correspondent pas aux standards esthétiques des grossistes, mais qui sont de très bonne qualité. Ces producteurs sont donc aux prises avec des quantités d’aliments déclassés qu’ils risquent de mettre au compost.

De plus, la population fait face à des hausses importantes du coût du panier d’épicerie. Les banques alimentaires sont sollicitées de plus en plus et l’approvisionnement en denrées alimentaires se fait difficile. En effet, le coût des aliments sains et frais est très élevé et a beaucoup augmenté au cours des dernières années. Les organismes en sécurité alimentaire ont peu accès à des aliments sains et frais pour les familles dans le besoin.

«Les personnes loin du marché du travail ou qui ont des difficultés à s’y intégrer tireront avantage à participer à des plateaux de travail. Le projet permettra aux participants d’acquérir des savoir-faire et des savoir-être favorisant leur préparation à intégrer le marché du travail», soutient Marie-Hélène Laliberté-Rock.

Détails du premier plateau de travail

Le premier plateau de travail de «La carotte joyeuse», d’une durée de six semaines, se déroulera du 9 juin au 18 juillet au Centre d’innovation en transformation alimentaire de Nicolet (CITAN). Il vise l’amélioration de l’employabilité de huit personnes provenant des MRC de Nicolet-Yamaska ou Bécancour. L’âge des participants n’est pas un critère de sélection.

Le plateau de travail est une occasion pour les participants de développer des attitudes professionnelles et d’acquérir des connaissances, des compétences de même que de l’expérience de travail dans le domaine de la transformation alimentaire.

Parallèlement à la transformation alimentaire, ils vivront des ateliers de connaissance de soi, d’orientation, d’employabilité et des visites en entreprises dans le but de les mener vers une plus grande autonomie. Les participants se verront également attribuer une attestation en hygiène et salubrité alimentaires (MAPAQ).

Soulignons que le projet est sur la table depuis plusieurs mois déjà, mais des questions de logistique et de subventions devaient se régler avant que «La carotte joyeuse» puisse démarrer.

Tous les détails sur le projet sont disponibles au www.carottejoyeuse.ca