Le Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières reçoit le Photomaton UV

Publié le 20 avril 2014

Le Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières reçoit le Photomaton UV

©Photo de courtoisie

Ce printemps, la Société canadienne du cancer (SCC) sera à nouveau active sur le terrain avec sa campagne «Le bronzage a un prix. Dommage», dans le but de prévenir les cancers de la peau et sauver plus de vies.

D’ici la mi-juin 2014, la SCC fera une tournée dans une quarantaine d‘écoles (écoles secondaires, collèges, cégeps) et sera présente lors d’événements grand public. Coordonné par le bureau régional de la Société canadienne du Cancer de la Mauricie le Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières recevra le Photomaton UV le 22 avril prochain de 8h30 à 15h.

«Le bronzage a un prix. Dommage» a comme visuel Miss ou Monsieur UV au naturel opposé à «sa face cachée». Ce saisissant cliché montre le résultat obtenu en utilisant la photographie UV qui dévoile les dommages réels et permanents causés à la peau par les rayons UV, même si ceux-ci ne sont pas encore visibles à l’œil nu.

«La campagne de la Société canadienne du cancer démontre que tout ce qu’un jeune peut gagner avec le bronzage, ce sont des dommages permanents, une peau vieillie prématurément et au final, le risque de développer un cancer. Personne ne veut gagner ce prix-là!», déclare Mme Sylvie Laveault, agente de services à la communauté, SCC-Division du Québec, bureau de la Mauricie.

Plusieurs jeunes banalisent les effets nocifs du soleil et des lits de bronzage et disent souvent:

- «Je n’ai jamais attrapé de coup de soleil.»

- «Ma peau bronze bien.»

- «Après m’être fait un fond, je n’ai plus de problème.»

- «J’ai la peau foncée, je ne risque rien.»

«La plupart des cas de cancer de la peau sont évitables. Les jeunes croient souvent à tort qu’ils sont invincibles et que le cancer, c’est pour les autres. La campagne «Le bronzage a un prix. Dommage» fait réfléchir les jeunes sur les dangers des UV, contribue à changer la perception que nous avons comme société face au bronzage, et a la capacité de sauver des vies», conclut Jacinthe Hovington, directrice du Service de la prévention du cancer et de la promotion de la santé à la SCC, Division du Québec.

L’équipe de la campagne est composée de bénévoles de la SCC qui œuvrent principalement dans le milieu de la santé. Ces derniers interviennent auprès des participants en leur expliquant le résultat de leur photographie UV et leur transmettent trois messages clés de prévention du cancer de la peau de la SCC:

1. Il n’y a aucune façon sécuritaire de bronzer.

2. Les dommages du bronzage sont permanents et s’accumulent avec le temps.

3. Il est important de protéger sa peau pour la garder en santé.

En 2013, plus de 8000 jeunes ont expérimenté le Photomaton UV de la SCC. Un sondage réalisé trois mois après, auprès de 247 d’entre eux, a démontré que l’expérience avait favorisé un meilleur comportement à l’égard des UV (réduction de 14 % de l’exposition volontaire au soleil). De plus, 98 % des participants ont affirmé avoir apprécié l’expérience.

La campagne «Le bronzage a un prix. Dommage» est une initiative de la Division du Québec de la Société canadienne du cancer en partenariat avec le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Chaque jour, la Société canadienne du cancer travaille à sauver plus de vies. Grâce à des milliers de Québécois, donateurs et bénévoles, elle lutte pour prévenir plus de cancers, permettre à nos chercheurs de faire plus de découvertes et aider plus de personnes touchées par la maladie. Sauvons + de vies. Visitez cancer.ca ou appelez-nous au 1 888 939-3333. (JC)

Source: Véronique Mercier