Gestion de l'offre: les économistes se prononcent

Sébastien Lacroix sebastien.lacroix@tc.tc
Publié le 4 décembre 2015

Dans le cadre des négociation entourant le Partenariat Transpacifique, le fédéral a fait des concessions dans la gestion de l’offre du lait, des œufs et de la volaille.

©(Photo TC Media - Alain Lavoie)

ÉCONOMIE. Dans un sondage interne effectué à la fin de novembre, les économistes québécois se sont prononcés sur les concessions faites par le Canada concernant la gestion de l’offre de certains produits agricoles.

Une nette majorité (63%) des répondants au sondage pense que, dans le cadre des négociations visant une entente de Partenariat Transpacifique, le gouvernement fédéral a eu raison de faire certaines concessions en ce qui a trait à la gestion de l’offre dans les secteurs du lait, des œufs et de la volaille, tandis que 25% ne croient pas qu'elles seront bénéfiques.

Cependant, les mêmes économistes sont loin d’être unanimes à penser que ces secteurs profiteront en contrepartie de l’ouverture accrue des marchés étrangers. De fait, ils sont seulement un peu plus du tiers (36%) à être de cet avis, tandis que 30% croient que non, et 33,9% ne savent pas.

Pour Jean-Michel Cousineau, professeur d’économie à l’Université de Montréal et membre du Comité des politiques publiques de l’Association des économistes québécois, cet appui à la position fédérale s’explique par la sensibilité des économistes au fait que la gestion de l’offre entraîne des prix plus élevés pour des denrées alimentaires de base.

Il note que, en contrepartie, les membres de l’Association sont encore plus nombreux – soit dans une proportion de 72% - à réclamer des aides financières suffisantes pour aider les producteurs à s’adapter à cette concurrence accrue, contre 21% qui sont d'avis contraire.

Au total, 194 membres de l’Association des économistes québécois ont répondu au sondage réalisé par Internet du 16 au 30 novembre 2015 en collaboration  avec la firme Raymond Chabot Grant Thornton.

L’Association effectue régulièrement des sondages auprès de ses membres sur des questions en rapport avec l’actualité économique ou des enjeux de politique publique. En plus de la gestion de l'offre, le sondage portait sur plusieurs autres enjeux dont la lutte aux changements climatiques, l'aide financière à Bombardier, le budget déficitaire proposé par le Parti Libéral du Canada et la situation économique du Québec.

 

Pour ne rien manquer... Suivez Le Courrier Sud sur Facebook!