560 000$ en moins dans les coffres de la Riveraine

Joanie Mailhot joanie.mailhot@tc.tc
Publié le 18 août 2015
Commission scolaire de la Riveraine

ÉDUCATION. Dans les dernières années, la Commission scolaire de la Riveraine a dû faire face aux coupures du gouvernement provincial. Cette année ne fait pas exception et les compressions sont de l'ordre de 560 000$ pour 2015-2016.

Depuis 5 ans, ce sont des compressions budgétaires totalisant 2,6M$ qui ont été imposées au réseau scolaire de la région. «On ne peut pas dire qu'on a été surpris; on s'y attendait. Par contre, ce n'est jamais plaisant de devoir couper dans nos budgets», souligne Johane Croteau, directrice des communications à la Riveraine.

Elle note que les frais administratifs ont été recalculés et qu'ils constituent maintenant moins de 4% du budget total de la Commission scolaire. «On a tenté de réduire au plus bas toutes les dépenses administratives. Disons que plusieurs de nos cadres portent beaucoup de chapeaux à la fois pour arriver à compléter tout le travail.»

Mme Croteau admet que par le passé, l'organisation avait réussi à s'en tenir à des coupures dans les dépenses administratives, mais que «maintenant, on n'a pas le choix d'aller faire des coupures ailleurs pour y arriver.»

Ainsi, des choix budgétaires ont été établis pour 2015-2016 et seront revus d'année en année. Par exemple, des employés en retraite progressive ne seront pas remplacés, de même qu'une personne qui a pris une année sabbatique, pour qui les tâches ont été réparties entre d'autres ressources pour la prochaine année.

«C'est certain qu'en n'ayant pas d'élections scolaires cette année, on vient aussi récupérer une somme de 100 000$. Un montant similaire a aussi été économisé avec le changement dans nos contrats d'entretien ménager, explique Johane Croteau. La disparition de la CRÉ a également engendré une économie de 10 000$. De plus, les cadres auront dorénavant moins de perfectionnement.»

Elle ajoute cependant que certains services seront touchés, ce qui avait réussi à être évité dans les dernières années. C'est un poste de conseiller pédagogique qui a été aboli, dont la ressource offrait particulièrement un soutien aux enseignants.

Les services de soutien et d'aide en toxicomanie ont aussi été revus. «Avant, on avait des contrats avec des ressources externes, mais nous devrons maintenant avoir recours à des ressources à l'interne», soutient la directrice des communications.

Enfin, le programme de football devra se tourner vers d'autres partenaires financiers puisqu'il sera moins soutenu par la Commission scolaire.

Service de garde

En raison de coupures de subventions, la Riveraine devra, tout comme plusieurs autres commissions scolaires, hausser considérablement les frais de service de garde lors des journées pédagogiques.

«Avant, les parents devaient débourser 7,30$ lors d'une journée pédagogique parce que le ministère nous subventionnait la différence. Comme on nous donnera maintenant la moitié moins, ce sont les parents qui devront absorber la différence, portant le total à 16$ par jour. Il semble qu'ils pourront en récupérer une partie via un crédit d'impôt», conclut Johane Croteau.

Suivez Joanie Mailhot sur Twitter: @Jo_Mailhot